Le nucléaire : un investissement médiocre parmi les énergies durables

Share

Selon une étude de DIW Berlin, l’un des instituts de recherche en économie les plus reconnus d’Allemagne, l’énergie nucléaire n’a jamais été rentable dans le secteur privé. Son analyse historique révèle que même dans les cas où les centrales ont été financées via du capital privé, d’importantes subventions publiques ont été octroyées à l’industrie nucléaire. L’étude examine également la rentabilité actuelle et future des centrales nucléaires.

Les économistes ont entrepris une étude empirique des 674 centrales nucléaires construites dans le monde à ce jour pour démontrer que ce sont les intérêts militaires, et non la rentabilité financière, qui ont motivé le développement de la filière nucléaire.

« L’énergie nucléaire n’a jamais été conçue pour vendre de l’électricité. Elle a été conçue pour développer des armes nucléaires », déclare Christian von Hirschhausen, co-auteur de l’étude. « C’est pour cette raison que l’électricité nucléaire n’est pas rentable et ne le sera pas non plus à l’avenir. »

Le prix juste

DIW Berlin a développé un modèle Monte Carlo pour identifier la valeur actuelle nette d’une centrale nucléaire de 1 GW. L’étude a révélé que la perte de revenus attendue pour chaque centrale se situait entre 1,5 et 8,9 milliards d’euros. Le modèle intègre différents facteurs, dont le prix de gros de l’électricité (20 à 80 euros / MWh), des coûts d’investissement spécifiques (4 000 à 9 000 euros / kW) et le coût moyen pondéré du capital (4 à 10%). Les chercheurs affirment que, selon leur analyse, investir dans le nucléaire mène dans tous les cas à des pertes financières importantes.

L’étude s’étend au-delà de facteurs purement économiques, soulevant des questions épineuses pour les politiques qui soutiennent le nucléaire dans leurs stratégies d’action pour le climat. « L’énergie nucléaire n’est pas propre. Sa radioactivité mettra en danger les humains et la nature pour plus d’un million d’années », a déclaré von Hirschhausen.

Mal avisé

L’étude dénonce la suggestion récente de l’Agence internationale de l’énergie d’inclure l’énergie nucléaire dans les portefeuilles énergétiques des États et d’encourager la mise en place de subventions pour sa technologie et ses fournisseurs. De nombreux gouvernements à travers le monde ont incorporé le nucléaire dans leur plans de production d’énergie. Le EU Clean Energy Package, conçu pour soutenir la protection du climat, propose d’étendre la durée de vie de centrales nucléaires et recommande la construction de plus de 100 centrales additionnelles d’ici 2050.

« Décrire l’énergie nucléaire comme étant « propre » ne prend pas compte des risques environnementaux et des émissions radioactives qu’elle engendre tout au long de sa chaîne de production et au-delà », conclut l’étude.

Malgré les avertissements de DIW contre les coûts et les dangers de l’énergie nucléaire, et la diminution des coûts de l’énergie solaire et éolienne qui figurent actuellement parmi les sources d’énergie les moins chères connectées au réseau, la capacité de production d’énergie nucléaire augmente dans le monde entier. Selon l’Association nucléaire mondiale, 50 réacteurs sont actuellement en construction, plus de 100 réacteurs nucléaires sont en commande ou en projet, et la construction de plus de 300 centrales supplémentaires est envisagée.