Wood Mackenzie : Le marché mondial du photovoltaïque atteindra 114 GW en 2019

Share

Le marché mondial du photovoltaïque poursuit sa montée en flèche en 2019. Selon le dernier rapport « Power & Renewables » de Wood Mackenzie, sa croissance annuelle est en hausse de 17,5% par rapport à 2018. Les analystes s’attendent à ce que la capacité installée en 2019 s’élève à 114,5 GW d’ici la fin de l’année.

Wood Mackenzie laisse entendre que 2018 n’est qu’une brève chute dans le marché et que la capacité des installations PV atteindra 125 GW à partir du début des années 2020. Ceci en dépit d’un léger ralentissement du marché chinois, qui aurait culminé grâce à de généreux tarifs de rachat en 2017 avec 53 GW d’installés sur l’année. À l’avenir, le plus grand marché solaire au monde devrait se stabiliser à 30-40 GW de nouvelles installations annuelles, sur base de processus d’approvisionnement concurrentiels.

La première enchère chinoise a établi un record mondial de 22,8 GW. Les offres qui ont été retenues vendaient de l’électricité solaire de 0,2295 RMB/kWh (0,0407 USD/kWh) à 0,5500 RMB/kWh, en fonction de la taille du système, avec un prix moyen de 0,3281 RMB/kWh. L’offre la plus basse est venue d’un projet de 100 MW dans la région autonome du Ningxia et la plus élevée d’une installation de 24 kW dans la municipalité de Chongqing.

Cette déflation du marché chinois est compensée par la diversification continuelle du marché photovoltaïque mondial. Alors qu’en 2018, il n’y avait que sept marchés installant une capacité entre 1 et 5 GW, les analystes de Wood Mackenzie affirment que le « club gigawatt » comptera 19 membres d’ici 2022.

Diversification de marchés

Sur d’autres marchés majeurs, l’Inde se remet du ralentissement dans ses enchères dû à des contraintes physiques dans la disponibilité des sols et de la capacité du réseau. Son avenir semble à présent plus prometteur. Aux États-Unis, les projets favorables à l’énergie solaire issus de certains fournisseurs d’électricité contrebalancent la position du président sur le changement climatique et le déploiement des énergies renouvelables.

Le Brésil présente les perspectives les plus prometteuses en Amérique latine. Ses autorités viennent de lancer une enchère pour des contrats de vente direct d’électricité (PPA) avec des distributeurs et des contrats non-subventionnés émergent également avec de gros consommateurs. Avec une enchère en juin qui a retenu les offres de deux projets fournissant de l’électricité à seulement 16,95 $/MWh, le Brésil est devenu le marché offrant l’électricité solaire la moins chère du monde, détronant le Mexique qui détenait le titre depuis une offre de 18,93 $/MWh proposée par la centrale de Neon à Pachamama cette année.

Les deux projets photovoltaïques brésiliens vendront au moins la moitié de l’énergie qu’ils produisent sur le marché libre d’électricité brésilien (Mercado Livre de Energia Eléctrica), où l’électricité est échangée entre producteurs et acheteurs, sans tenir compte des prix fixés pour l’appel d’offres. Le chiffre record ne concerne que la proportion d’énergie fournie au marché réglementé de l’électricité (Mercado Regulado de Energia Eléctrica).

Au Moyen-Orient, la prochaine enchère de 1,5 GW en Arabie saoudite se caractérisera par une forte concurrence, signe de dynamisme sur le marché. 256 entreprises ont déjà manifesté leur intérêt pour l’appel d’offres, dont 100 entreprises locales. Les développeurs estiment que l’initiative attirera environ 1,51 milliard de dollars d’investissement.

Les analystes de Wood Mackenzie ajoutent qu’à travers le monde, les systèmes d’enchères demeurent le principal moteur du développement du marché photovoltaïque. Alors qu’en 2018, quelques 81 GW ont été installé à la suite d’enchères, les installations en 2019 semblent tendre vers 90 GW de contrats photovoltaïques conclus de cette façon.