Hybrider l’hydroélectricité avec le solaire au Burundi

Share

La Banque africaine de développement (BAD) aide Songa Energy Burundi, un développeur de projets de petites centrales hydroélectriques, à trouver des consultants pour l’aider à ajouter de l’énergie solaire à ses deux projets hydroélectriques planifiés avec un réseau local associé au Burundi.

Le prêteur multilatéral a publié une demande d’expression d’intérêt pour des consultants capables de mener des études de faisabilité sur l’hybridation avec du solaire des projets et réaliser des études d’interconnexion de réseaux, des évaluations de réseaux de distribution locaux et des études d’impact environnemental et social.

Le document indique que Songa Energy a demandé un financement du Fonds pour l’énergie durable pour l’Afrique (Sustainable Energy Fund for Africa) pour ses projets hydroélectriques Ruvyi102 et Mule037. Le premier est un projet de 1,1 MW dans la commune de Ryansoro, dans la province de Gitega, sur la rivière Ruvyironza qui se jette dans le lac Victoria. Le projet Mule037 est une installation de 8 MW prévue pour la commune de Songa, dans la province de Bururi, sur la rivière Mulembwe.

Potentiel solaire

Les consultants retenus devront concevoir un réseau de distribution local à moyenne tension et mener une enquête pour évaluer la consommation d’énergie actuelle et future des ménages et des petites entreprises, ainsi que pour identifier les sites pour les installations solaires. Ils devront également collecter des données sur la radiation solaire.

“La société de conseil évaluera la faisabilité technique, économique et financière de l’hybridation solaire-hydro sur les deux sites afin d’atténuer la dépendance du pays à l’hydroélectricité, pour lisser la production [pendant] les saisons sèches et humides et atténuer le risque d’augmentation des sécheresses,” dit la BAD.

Les deux projets, qui devraient livrer de l’électricité pour le service public d’électricité Redigeso, seront construits par Songa Energy et Virunga Power, une société d’investissement privée spécialisée dans les projets énergétiques en Afrique subsaharienne rurale.

Ressources inexploitées

Le Burundi, un pays enclavé, compte 10,5 millions d’habitants, dont seulement 7,6% ont accès à l’électricité, ce chiffre tombant à 1,8% dans les communautés rurales. La Banque mondiale classe la petite nation parmi celles qui comptent les zones rurales les plus densément peuplées du monde. « Le manque d’électricité est l’un des principaux obstacles au développement social et économique du Burundi », écrit l’institution financière dans un rapport récent.

“Le rayonnement solaire moyen au Burundi est similaire à celui du sud de l’Europe, avec environ 4 à 5 kWh / m² / jour dans l’est du pays et 3,3 à 4 kWh à haute altitude dans l’ouest du pays”, a déclaré le Banque mondiale. Selon l’Agence internationale des énergies renouvelables, le Burundi n’avait que 5 MW de capacité de production solaire à la fin de l’année dernière.

Redigeso, qui détient le monopole de l’alimentation électrique dans le pays et compte 76 000 clients dans la région de la capitale, Bujumbura, a une demande de pointe de 58 MW, essentiellement assurée par l’hydroélectricité et le diesel. “Le reste du pays demeure en grande partie non desservi”, note le rapport de la Banque mondiale sur le pays. La demande de pointe devrait atteindre 249 MW d’ici 2030.