Enerplan salue la version définitive de la PPE… sous réserve

Share

Enerplan salue les objectifs fixés dans la version finale de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) publiée hier sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire. Celle-ci confirme l’aspiration du Gouvernement à encourager un développement fort du secteur solaire, en assignant un rythme annuel d’appels d’offres de 2 GW pour les centrales au sol et de 900 MW pour les toitures.

Toutefois, le syndicat prévient qu’il est nécessaire de prendre des mesures supplémentaires pour que la filière puisse atteindre ces objectifs. Une adaptation des cahiers des charges relatifs aux appels d’offres de la Commission de régulation de l’énergie, ainsi qu’une modification du cadre réglementaire et administratif sont essentielles. « Nous sommes prêts à relever ce défi ambitieux mais atteignable, sous réserve que les mesures visant à débloquer les freins au déploiement de l’énergie solaire soient prises rapidement et que les appels d’offres soient adaptés en conséquence », explique Daniel Bour, le président du syndicat.

Enerplan a rappelé à plusieurs occasions que des mesures telles que l’amélioration des procédés d’obtention des permis de construire ou la mise en place d’un guichet ouvert pour les installations jusqu’à 500 kW étaient entre autres indispensables.

« Il est urgent de lever de manière concrète les blocages identifiés dans le cadre du Groupe de travail Place au Soleil. Il faut maintenant des engagements fermes et des mesures adaptées notamment pour libérer l’autoconsommation, libérer le secteur des moyennes toitures (de 100 à 500 kW) du carcan des appels d’offres inadaptés à leur taille réduite, et fixer un cadre permettant d’accélérer l’obtention des permis de construire pour les centrales au sol. Alors, nous aurons une politique solaire en cohérence avec l’ambition d’accélérer la transition énergétique », conclut Danier Bour.

L’intégralité du projet révisé de la PPE portant sur la période 2019-2028 est disponible sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire pour consultation du public jusqu’au 19 février.