En Italie : au lieu d’être recyclés, des panneaux photovoltaïques passés en contrebande en Syrie et en Afrique

Share

Les autorités italiennes pour la protection de l’environnement a saisi une usine de traitement des déchets d’une valeur de 4 millions d’euros près de Catane, en Sicile, suspectée d’avoir introduit en contrebande sur les marchés africains et du Moyen-Orient des panneaux censés être recyclés.

Le ministère de l’Environnement a annoncé que des milliers de panneaux issus de centrales solaires en Italie envoyés pour recyclage ont été relabellisés avec de fausses étiquettes et exportés vers de nouveaux marchés. La fraude a été découverte dans le cadre de l’opération BlackSun des carabiniers italiens. « Environ 60 tonnes de panneaux solaires ont également été trouvés, ils feront l’objet d’enquêtes pour vérifier la régularité des opérations de stockage, de traitement et de récupération », a ajouté le ministère.

Le propriétaire de l’usine de recyclage, dont le nom n’a pas été dévoilé, a été arrêté le 23 janvier sur un mandat d’arrêt délivré par le juge d’instruction du tribunal de Pérouse. Il est accusé d’être l’un des principaux auteurs d’une association de malfaiteurs visant des activités transfrontalières illicites, du trafic de déchets, du blanchiment d’argent, de la contrefaçon, altération ou utilisation de marques et autres comportements illégaux, a déclaré le gouvernement italien.

En Syrie

Les carabiniers italiens ont déclaré que des panneaux contrefaits avaient été introduits en contrebande au Sénégal, au Burkina Faso, au Nigéria, au Maroc, en Mauritanie, en Turquie et même en Syrie.

Pour Bertrand Lempkowicz, de l’organisation de recyclage de panneaux solaires PV Cycle, la directive de l’Union européenne sur les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) autorise la réutilisation des modules, et le manque de détails juridiques dans certaines régions peut présenter des lacunes pouvant être exploitées par les entreprises de recyclage. « Il est évident que PV Cycle ne pratique pas cela, simplement [il] n’existe pas de directives définissant strictement ce qu’est un panneau photovoltaïque d’occasion ou un panneau réutilisé », a déclaré Bertrand Lempkowicz à pv magazine. « Quand un panneau est-il considéré comme un déchet ou d’occasion ? Le flou de cette question est trop grand. »

La réglementation européenne sur les déchets électroniques oblige tous les fabricants fournissant l’Europe à financer la collecte et le recyclage des produits en fin de vie. Les panneaux solaires ont été ajoutés au champ d’application de la directive DEEE en 2012.