Le fabricant de composants électroniques algérien Condor en redressement judiciaire

Share

Le fabricant algérien de composants électroniques Condor Electronics, qui exploite une usine de production de modules d’une capacité de 130 MW à Bordj Bou Arreridj, est en redressement judiciaire, selon les médias nord-africains.

Les informations recueillies indiquent que près de 40 % des 1 000 travailleurs employés par le groupe sont aujourd’hui au chômage technique. Diverses unités de l’entreprise ont été touchées, notamment les chaînes de montage pour téléphones portables et appareils électroménagers.

« Cette décision est imposée par les problèmes importants rencontrés par l’entreprise, notamment en ce qui concerne l’approvisionnement en matières premières et les retards dans la délivrance des licences d’importation », a indiqué un porte-parole de l’entreprise cité sur le site tunisien spécialisé dans le domaine de l’emploi Recruter.

pv magazine a contacté Condor pour savoir si elle confirmait le début de la procédure d’insolvabilité.

Condor avait commencé ses activités de fabrication à Bordj Bou Arreridj fin 2013.

La politique algérienne en matière d’énergie solaire impose des critères de contenu national pour les équipements utilisés dans les projets sélectionnés lors d’appels d’offres publics.

**11/02/2020 : L’article a été modifié au sujet de la participation de Condor dans la société Aurès Solaire. Il était mentionné que Condor détenait la moitié de la société franco-algérienne Aurés Solaire, qui exploite une usine de production de panneaux de 30 MW dans le pays d’Afrique du Nord. Or les deux sociétés sont indépendantes l’une de l’autre.**