Photosol construira une centrale photovoltaïque de 246 MWc sur la base aérienne de Creil

Share

Le ministère des Armées a désigné le lauréat de l’appel à manifestation d’intérêt pour la réalisation d’une centrale photovoltaïque sur la base aérienne de Creil, au nord de Paris : parmi 23 candidatures, c’est le développeur Photosol qui a été retenu pour le développement de cette installation, dont la capacité s’élèvera à 246 MWc et d’un montant estimé à 130 millions d’euros.

La future centrale photovoltaïque comportera 547 000 panneaux solaires (First Solar) sur 180 hectares, pour une surface totale prise en charge de 253 hectares. Après sa mise en service, prévue pour 2022, elle devrait produire 241 000 MWh environ, soit la consommation hors chauffage de 185 000 personnes.

D’après ses propres données, Photosol dispose d’une capacité de 364 MWc de centrales en exploitation ou en construction, et de 1 GWc de projets en développement en France. Pour la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, « Photosol regroupe l’ensemble des compétences techniques et financières indispensables à la bonne marche du projet : souplesse d’une PME et solidité financière. »

D’autres appels d’offres à venir

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Place au Soleil » et de ses objectifs d’augmentation de la capacité solaire en France, le ministère des Armées s’est engagé à mettre à disposition près de 2000 hectares de terrains d’ici 2022 pour y développer des projets photovoltaïques. C’est dans cette optique qu’a été lancé en août dernier l’appel à manifestation d’intérêt pour la centrale sur la base aérienne de Creil, appel d’offres qui concernait également trois autres sites de plus petites tailles — 4 hectares à Querqueville (50), 5,5 hectares à Saint-Christol (84) et 4,5 hectares à Valbonne (01) – dont les lauréats seront dévoilés prochainement, assure le ministère à pv magazine.

Le ministère précise également qu’un nouvel appel d’offres de 200 hectares sera lancé d’ici la fin du mois de février. « Il sera plus morcelé car il comportera 12 sites », ajoute-t-il à pv magazine. Pour tenir ses engagements concernant la mise à disposition des 2000 hectares, le ministère prévoit de lancer des appels d’offres relatifs à des projets sur 400 hectares tous les 6 mois, jusqu’en 2022.