Les nouvelles dates des appels d’offres photovoltaïques ont été annoncées

Share

Dans le contexte de crise sanitaire actuel, il n’est pas possible pour la filière photovoltaïque de poursuivre son activité au rythme habituel. « Les impacts du coronavirus aujourd’hui concernent tous les opérateurs de la filière : fabricants de modules, développeurs, constructeurs… Mais aussi les autres parties prenantes des projets photovoltaïques : gestionnaires de réseaux, services administratifs, écologues… Ce qui laisse craindre un délai important pour la reprise normale des activités », souligne le Syndicat des énergies renouvelables (SER).

Pour s’ajuster à la situation, la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) a annoncé les premières mesures. Elles concernent le report des appels d’offres photovoltaïques, dont les nouvelles dates sont données ci-dessous.

L’appel d’offres pour les centrales photovoltaïques au sol a été scindé en deux : un tiers du volume est appelé pour le 3 juillet, les deux tiers restants sont reportés au 3 novembre.

« La DGEC a entendu notre proposition de maintenir l’échéance de juillet, en réduisant le volume », explique Xavier Daval, le président de la Commission Solaire du SER. Un report tardif de cet appel d’offres aurait été contre-productif selon lui, « il faut garder en tension l’activité industrielle », souligne-t-il.

Parmi les mesures envisagées, la DGEC pourrait également consacrer le budget restant par appel d’offres pour organiser une période supplémentaire en attendant la mise en œuvre des futurs appels d’offres.

En ce qui concerne les délais de raccordement et les pénalités, le SER et la DGEC sont en discussion. « Nous avons face à nous une administration compréhensive et proactive », reconnait Xavier Daval, qui laisse entendre qu’une solution satisfaisante pourrait être apportée à ce sujet, mais qui souhaite également mettre à profit ce temps de confinement pour réfléchir aux conditions de redémarrage de la filière. « C’est le bon moment pour mettre le doigt sur les problèmes d’inertie dans la branche », précise-t-il.