Le SER estime le plan de relance européen « ambitieux »… Mais

Share

Il y a cependant un « mais », puisque le président du SER poursuit : « Afin qu’il produise tous ses effets, il est désormais essentiel que les plans de relance nationaux aillent dans la même direction. Nous avons une opportunité unique de montrer que la France et l’Europe peuvent sortir ensemble de la crise si nos stratégies de relance fonctionnent en synergie. »

Le SER se félicite que la Commission européenne place le Green Deal comme la première des priorités. Véritable « stratégie de croissance de l’Europe » selon la Commission, le Green Deal bénéficiera notamment d’investissements dans les technologies des énergies renouvelables, du stockage et de l’hydrogène. L’atteinte des objectifs climatiques et énergétiques de l’Union européenne créera près d’un million de nouveaux emplois et génèrera 1% de PIB additionnel d’ici 2030.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a également confirmé que ce plan de relance reposerait en partie sur des financements provenant de la mise en place d’un « mécanisme d’ajustement carbone aux frontières », qui sera proposé en 2021, et d’une potentielle extension du périmètre du système européen d’échange de quotas d’émissions (EU ETS).

La Commission européenne a présenté en milieu de semaine son plan de relance, articulé autour d’un Fonds de relance – Next Generation EU – doté de 750 milliards d’euros et d’un projet de budget européen révisé qui mobilisera 1 100 milliards entre 2021 et 2027, rappelle le SER dans son communiqué.