Une approche flexible de l’énergie solaire offshore

Share

Au début de l’année, des scientifiques dirigés par l’institut européen de recherche solaire Solliance ont commencé à tester un panneau solaire flottant à couche mince. Le groupe a annoncé cette semaine qu’il avait mis en place un système d’essai de 1 000 W dans la région néerlandaise de Weperpolder.

Bien que cette installation solaire flottante se trouve sur un lac, le but du projet est de développer un nouveau concept pour une installation en mer. En travaillant avec des modules flexibles à couche mince, le groupe entend développer un système capable de suivre les vagues, plutôt que de s’appuyer sur une structure plus rigide.

Solliance n’a pas fourni davantage de détails sur la technologie des couches minces utilisée dans les modules, mais déclare avoir effectué des tests de flexion et de fatigue prouvant qu’ils peuvent résister à des flexions mineures sans dommage.

Et elle a donné peu d’informations sur son approche de la conception de la structure flexible, si ce n’est qu’elle a déclaré qu’elle est “solide mais flexible”. L’institut rapporte également qu’un modèle réduit du système a été testé dans des conditions de vagues, prouvant sa viabilité pour une utilisation en mer.

Des ambitions flottantes

Selon les chercheurs, l’objectif principal de cette installation est de déterminer la meilleure hauteur et le niveau de flexibilité optimal pour le système de rayonnage flottant. À la fin de l’année dernière, Solliance a déployé un autre système flottant en couche mince en mer du Nord près de la ville néerlandaise de Den Helder, dont le but est principalement de surveiller les effets de la croissance des algues, de la pollution, des dépôts de sel et des influences météorologiques.

Le système sera surveillé, et ses performances comparées à celles d’une installation flottante plus importante développée par la société néerlandaise Groenleven, située à proximité sur le même lac.

La prochaine phase du projet Solar @ Sea de Solliance consistera à installer une centrale de 50 kWp sur le lac d’Oostvoornse, après quoi l’entreprise devrait être prête à commencer à construire des projets pilotes en mer du Nord.