Un premier fabricant de structures de montage pour le PV en Algérie

Share

SPS, fabricant algérien de panneaux sandwich métalliques, a annoncé s’associer au fournisseur de systèmes de montage Qi-energy, basé à Dubaï, pour assembler des structures de montage pour les systèmes photovoltaïques en Algérie.

Cette initiative fait suite au plan récemment annoncé par le gouvernement algérien de lancer un appel d’offres pour 4 GW de systèmes photovoltaïques à grande échelle jusqu’en 2024, dans le cadre d’un programme qui comprendra des exigences strictes en matière de contenu national pour les panneaux solaires, les câbles et les systèmes de montage.

Les deux entreprises ont déclaré que les systèmes de montage qu’elles fabriqueront seront conformes aux normes internationales de qualité et de rentabilité, comme le demande la stratégie de contenu local mise en œuvre par le gouvernement. Les coûts des systèmes de montage peuvent représenter jusqu’à 12 % des coûts totaux de la balance du système du projet, ont déclaré les deux entreprises.

« Notre partenariat avec Qi-energy est la réponse à la stratégie algérienne de mise en œuvre du contenu local, et chez SPS, nous avons choisi de placer la barre plus haut en introduisant sur le marché algérien des solutions de très haute qualité pour les installations au sol, résidentielles et bientôt pour le PV solaire pour les usines de dessalement de l’eau de mer qui nécessitent un nouveau matériel », déclare Mehdi Bendimerad, PDG de SPS, dans un communiqué publié à cette occasion.

De son côté, le PDG de Qi-energy, Neil Doe, précise que la recherche d’un partenaire en Afrique a pris du temps. « Nous cherchons toujours des partenaires sur les marchés étrangers qui partagent notre passion pour la croissance, nous accordons une grande importance à la réputation et nous admirons les entreprises qui s’adaptent en ces temps de changement », ajoute M. Doe.

SPS peut actuellement produire 300 MW de structures de montage par an. Elle a l’intention de porter cette capacité à 450 MW en 2021, tout en progressant dans l’automatisation de la production. Les matières premières seront fournies par des fournisseurs situés en Algérie, en Europe et aux Émirats arabes unis.

Un document récemment publié par la Commission algérienne de régulation de l’électricité et du gaz prévoyait que l’industrie nationale des modules avait atteint une capacité de production annuelle de 500 MW au premier trimestre de cette année.