Les mesures de réduction des émissions prises par la Chine mettent à mal la production photovoltaïque

Share

D’après pv magazine international.

En septembre 2020, le président chinois Xi Jinping a annoncé que les émissions de CO2 du pays atteindraient leur maximum avant 2030 et que la neutralité carbone serait atteinte d’ici 2060, dans ce que l’on a appelé une « politique de double carbone ». En décembre, des détails supplémentaires ont été communiqués, à savoir que la Chine s’efforcerait de réduire l’intensité de carbone par unité de PIB de plus de 65 % par rapport aux niveaux de 2005, et porterait à 25 % la part des combustibles non fossiles dans la consommation d’énergie d’ici à 2030. De plus, d’ici 2030, la Chine vise à accueillir un minimum de 1,2 TW de capacité opérationnelle de production d’énergie solaire photovoltaïque et éolienne. À la fin de 2020, la Chine disposait respectivement de 253 GW et 281 GW de capacité solaire et éolienne installées.

La « politique de double contrôle » fait référence à la réduction des objectifs quantitatifs fixés à la fois pour la consommation totale d’énergie et l’intensité énergétique – cette dernière représentant la quantité d’énergie consommée par unité de croissance du PIB. En 2020, la Chine a limité sa consommation d’énergie à 5 milliards de tonnes d’équivalent charbon standard. Par conséquent, les provinces sont tenues d’atteindre les objectifs fixés par la Commission nationale chinoise du développement et de la réforme (NDRC) plus tôt cette année.

Par la suite, début juin et mi-août, la NDRC a publié un tableau de bord à double contrôle pour chaque province. La carte de pointage qui en résultait comporte trois couleurs d’indicateur : rouge, orange et vert. Si une province obtient une note orange et/ou rouge, on attend d’elle qu’elle prenne des mesures afin de remettre la province sur la bonne voie , afin d’obtenir, par conséquence, un « drapeau vert ». Étonnamment, entre la publication des deux tableaux de bord trimestriels, le nombre de provinces « signalées d’un drapeau rouge » a augmenté de quatre (30%) et la province du Fujian est passée deux fois de l’orange à complètement rouge à la mi-août. Dans l’ensemble, à la mi-août, seules 10 provinces sur 30 obtenaient deux notes vertes, et des provinces comme le Fujian, le Guangdong , le Guangxi , le Jiangsu et le Ningxia., le Qinghai et le Yunnan ont dépassé les deux objectifs.

À la lumière de cette tendance, la NDRC a annoncé à la mi-septembre de nouvelles mesures dans le cadre de sa politique de double contrôle. Suite à cela, plusieurs provinces ont publié des plans d’action visant à garantir la réalisation de ces objectifs avant la fin de l’année 2021.

Impact des plans d’action des gouvernements provinciaux sur la chaîne d’approvisionnement PV

Le Yunnan est un exemple éloquent. Le gouvernement provincial du Yunnan a publié un avis ordonnant de réduire la production industrielle de silicium de 90 % entre septembre et décembre. Entre janvier et août, la production de silicium industriel du Yunnan représentait environ 20 % de l’offre nationale totale de la Chine. Actuellement, les prix du silicium industriel ont atteint 80 000-90 000 RMB/tonne (12 400-14 000 $), soit une augmentation de 300 % par rapport à la même période de l’année dernière.

Les fabricants locaux d’aluminium du Yunnan ont fermé 200 000 tonnes de capacité de production, sur un total de 730 000 tonnes, ce qui a entraîné une augmentation des prix de 20 % en une seule journée. Actuellement, les prix de l’aluminium sont à leur plus haut niveau depuis le milieu des années 2000. Depuis janvier, les prix de l’aluminium ont augmenté de plus de 50 %. De même, le carbonate de soude a atteint son niveau de prix le plus élevé depuis 10 ans et a augmenté de 80 % depuis janvier. Le carbonate de soude est un matériau essentiel pour le verre solaire.

Hausse des tarifs de l’électricité

Afin de faire face à la situation dans le futur, la province du Yunnan a annoncé cette semaine qu’elle avait augmenté de 50 % ses tarifs d’électricité pour l’usage industriel, une mesure qui devrait entrer en vigueur le 1er janvier.

Depuis le début de l’année 2018, le prix du polysilicium était en baisse, atteignant un minimum historique de 56 RMB/kg (8,70 $) en avril et mai de l’année dernière. Depuis, les prix ont augmenté et le dernier prix de transaction s’est établi à 270 RMB/kg (41,95 $). Ce dernier représente une augmentation de 13,2 % par rapport à la période précédant les vacances nationales.

Par conséquent, compte tenu de l’augmentation du prix des matières premières – qui se traduit par une hausse des prix du polysilicium, de l’EVA, des feuilles de fond, des cadres en aluminium, du verre solaire, des boîtes de jonction, etc. – les prix des panneaux solaires ont atteint un niveau jamais vu au cours des 12 à 18 derniers mois. Les derniers prix proposés dans le cadre d’un appel d’offres public portant sur des modules solaires de 60 MW étaient, en moyenne, de 2,10 RMB/W (0,326 $) – le plus élevé atteignant 2,208 RMB/W (0,343 $). Toutefois, et surtout, la majeure partie de cette commande de 60 MW est à livrer d’ici le mois de mai, ce qui indique soit que les prix des modules pourraient rester à un niveau record au cours des deux prochains trimestres, soit que les fabricants hésitent à baisser leurs prix dans les 6-7 mois à venir. Il convient toutefois de noter que les prix moyens des offres pour les panneaux solaires étaient de 1,55 RMB/W (0,24 $) en décembre.

En raison des prix élevés, les fabricants ont réduit leur production, selon diverses sources industrielles. Par exemple, sur 26 lignes de production de modules et 52 lignes de production de cellules, le facteur de capacité moyen était de 46 % et 43 %, respectivement. Avant la semaine de vacances nationales au début du mois, le facteur de capacité des lignes de cellules était presque 30 % plus élevé.

Dans l’ensemble, les restrictions d’électricité imposées aujourd’hui par 20 des 30 provinces et régions chinoises sont soumises à différentes échéances, allant de seulement 1 à 2 semaines à plusieurs mois, voire jusqu’en septembre. On ignore actuellement si, dans les jours ou les semaines à venir, les fabricants de systèmes photovoltaïques seront exemptés de ces restrictions, compte tenu de la valeur et de l’importance stratégiques de ce secteur.

Le ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information – responsable de la mise en œuvre du « Plan de développement industriel vert 2016-2020 » – a publié le cinquième lot de 719 usines vertes approuvées au niveau national, et 1 073 autres produits verts, en octobre 2020. Bien que les produits liés au photovoltaïque soient inclus, il semble que moins d’une douzaine de fabricants de panneaux solaires photovoltaïques ont fait partie de la sélection sur la liste nationale. Les listes provinciales de Jiangsu et Zhejiang, qui abritent toutes deux des centaines d’entreprises solaires, contiennent respectivement 98 et 79 entreprises au total, mais, de la même manière, chaque liste ne contient qu’une poignée d’entreprises solaires.

Exemptions

Il reste à savoir si ces « listes d’usines vertes » entreront en ligne de compte pour décider si les entreprises du secteur photovoltaïque seront exemptées des restrictions énergétiques. Un exemple qui indique que les entreprises de PV pourraient être dispensées des mesures d’économies est le fait que la Mongolie intérieure a été nommée et déshonorée en février pour ne pas avoir atteint ses objectifs énergétiques de 2019. Les responsables gouvernementaux ont rapidement ordonné à de nombreuses entreprises de réduire ou d’arrêter complètement leur production. Toutefois, après qu’une entreprise locale de plaquettes solaires a fait valoir que les industries d’importance stratégique devaient être exemptées, elle a été autorisée à reprendre sa production.

Malheureusement, en plus des politiques de double carbone/double contrôle, le prochain « Plan global sur la pollution de l’air d’automne et d’hiver pour les zones clés 2021-2022 » pourrait exercer une pression supplémentaire sur divers secteurs industriels, y compris l’énergie solaire photovoltaïque. Un premier projet, qui vient d’être publié par le ministère de l’Environnement et de l’Écologie , vise 60 villes (les plans précédents n’en couvraient que 28) et pourrait entraîner des restrictions de production importantes et, par conséquent, pourrait également avoir un impact négatif supplémentaire sur la chaîne d’approvisionnement photovoltaïque globale . Le fait que la Chine ait plus que doublé le nombre de villes ciblées pourrait être le résultat de l’organisation par le pays des Jeux olympiques d’hiver de 2022, qui débutera en février. Désireux d’assurer un ciel bleu tout au long des jeux, les mesures conçues pour réaliser cette ambition pourraient non seulement être de grande envergure, mais aussi strictement appliquées.

Voilà pour les mauvaises nouvelles. Vendredi, je me pencherai sur les éventuels effets positifs des mesures de réduction des émissions prises par la Chine sur l’industrie solaire.

Frank Haugwitz est directeur de l’Asia Europe Clean Energy (Solar) Advisory.

The views and opinions expressed in this article are the author’s own, and do not necessarily reflect those held by pv magazine.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

Anker dévoile une nouvelle solution de stockage domestique tout-en-un
12 juillet 2024 La solution de stockage domestique a une capacité allant jusqu'à 30 kWh et est disponible en configuration monophasée et triphasée.