Des panneaux PV flexibles conçus à partir de cellules solaires à contact arrière hyperconnectées

Share

D’après pv magazine international.

La start-up américaine mPower Technology, issue des laboratoires nationaux Sandia du ministère de l’énergie, a mis au point une technologie de module solaire flexible en silicium monocristallin, appelée DragonScales, qui, selon elle, peut être utilisée pour des applications spatiales et terrestres.

” Le segment des cellules solaires spatiales devrait être notre principale activité “, a déclaré le président et directeur général de la société, Kevin Hell , à pv magazine. “Mais nous prévoyons également de nous lancer dans le secteur de l’énergie photovoltaïque intégrée aux bâtiments (BIPV), car nos produits pourraient très bien être utilisés dans le cadre de projets résidentiels et commerciaux. Nous envisageons aussi de produire des modules solaires pour les applications militaires portatives et celles destinées aux refuges.”

Les modules entièrement encapsulés sont fabriqués avec des cellules solaires en silicium à contact arrière conventionnelles d’une épaisseur de 150 um ou moins et sont assemblés à l’aide de procédés de fabrication à haut volume existants dans l’industrie de la microélectronique. “Notre ligne pilote est une machine conventionnelle pour la production de semi-conducteurs qui a été adaptée à la fabrication de nos modules solaires flexibles”, a déclaré Murat Okandan, directeur technique de mPower. “Les panneaux peuvent être personnalisés en fonction des besoins des clients et adaptés à différentes applications.”

Selon le fabricant, son équipement de production peut produire de très grands volumes de modules et permettre une mise à l’échelle rapide en fonction des besoins des clients et des applications spatiales.

Les panneaux solaires à contact arrière se composent de matrices de silicium micro-singulées qui sont “hyper-interconnectées” en série ou en parallèle. Selon l’entreprise, la conception permet de personnaliser ses “super modules” en fonction de la forme, de l’épaisseur, de la tension, de la taille, de l’empilement des matériaux et d’autres considérations de conception afin de répondre aux exigences spécifiques des applications au moindre coût.

Les modules présentent des rendements allant de 22 à 23 % et des coefficients de température allant de 0,4 à 0,27 % par degré Celsius, selon la taille ou les applications. La conception de l’interconnexion étant très personnalisable, il est possible de fournir une haute tension/faible courant ou d’autres détails de configuration de réseau souhaités pour s’adapter à l’empreinte physique désirée et obtenir la plus grande puissance possible, a déclaré la société. Cette technologie est également censée apporter un niveau très élevé de résilience électrique et mécanique innée au niveau du système.

Selon le fabricant, cette approche met à profit l’échelle massive et la puissance élevée du marché PV terrestre en silicium pour minimiser les coûts, tout en éliminant le recours aux modèles difficiles à dimensionner que constitue la fabrication de cellules sur mesure.

“Nos produits sont plus chers que les panneaux PV conventionnels, mais ils sont trois à cinq fois moins chers que les modules III-V à base d’arséniure de gallium pour les applications dans l’espace”, explique encore M. Hell. “Ils sont également nettement plus légers car ils sont flexibles et nécessitent donc moins de matériaux structurels.”

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...