BNP Paribas et EDF ENR finalisent une première tokénisation sur un actif solaire

Share

BNP Paribas a annoncé avoir réalisé la première tokénisation d’obligations dans le domaine des énergies renouvelables. L’opération était destinée à financer un projet d’énergie solaire porté par EDF via sa filiale EDF ENR. La tokénisation consiste à valoriser et à matérialiser des actifs réels dans le monde digital. Libérés des lourdeurs administratives d’un investissement classique, ces actifs numériques natifs peuvent être enregistrés et déplacés sous la forme de token sur la blockchain, une technologie numérique qui permet de stocker et d’échanger des informations de manière sûre et transparente.

Elle apporte donc une plus grande transparence et capacité de vérification de la donnée sur l’ensemble de la chaîne de valeur, ce qui est notamment essentiel dans les projets ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance). Les données ESG et les conditions (« term sheet ») de l‘obligation sont ainsi intégrées au token, ce qui renforce la capacité, pour les investisseurs, de vérifier l’impact ESG du titre. « Cette innovation crée de nouveaux ponts entre les émetteurs et les investisseurs et apporte à nos clients une solution de financement ESG de bout en bout unique – de l’origination à la distribution, en passant par la conservation », précise Arnaud Boyer, Chief Digital Officer chez BNP Paribas Corporate and Institutional Banking (CIB).

Faciliter le financement des petits actifs

D’autre part, selon les deux acteurs, la tokenisation élargit également les opportunités de marché pour les actifs les plus petits. Car si la production d’énergie solaire constitue un axe prioritaire de la transition énergétique, avec des besoins de financement de plusieurs trillions d’euros dans un avenir proche, près de la moitié de ces besoins proviendront de projets de petits montants, qui rencontrent aujourd’hui des difficultés à trouver des financements de manière efficace. « La tokénisation permet une meilleure granularité pour les petits montants, ce qui signifie qu’elle peut faciliter le développement de plus petits projets d’énergie renouvelable en offrant aux investisseurs des opportunités de regroupement dynamiques », assure l’énergéticien dans un communiqué de presse. « Cette expérimentation ouvre de nouvelles opportunités de financement pour les projets photovoltaïques de taille plus réduite portés par notre société ou par nos clients », souligne pour sa part Benjamin Declas, président d’EDF ENR.

Pour cette opération, BNP Paribas s’est appuyé sur sa plateforme AssetFoundry, couvrant tous les aspects de la tokenisation, qu’il s’agisse des aspects juridiques, de conformité, de la technologie et des processus métiers. De son côté, BNP Paribas Securities Services a pris en charge les aspects liés à la conservation de ce token. Pour garantir l’utilisation d’énergie propre pour l’usage de la blockchain, les jetons d’utilité ont été minés avec des énergies bas carbone par Exaion, la filiale d’EDF spécialisée dans les services Blockchain et calcul haute performance. L’émission a été réalisée sur la blockchain publique Ethereum, en droit Français pour les titres non cotés, avec l’avis juridique de Jones Day. Enfin, la transaction a également testé la réversibilité des tokens : l’obligation tokenisée a été retransformée en une obligation au format traditionnel dans les 48 heures, un élément clé pour l’interopérabilité avec les systèmes traditionnels.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...