Des projets agrivoltaïques en riziculture

Share

D’après pv magazine international.

Des scientifiques de la East West University au Bangladesh ont élaboré un cadre de modélisation visant à déterminer comment des centrales agrivoltaïques pourraient être déployées dans les rizières.

« Notre modélisation devrait être en mesure d’aider les décideurs politiques et les installateurs qui travaillent sur les futurs projets d’agri-PV, a indiqué le chercheur Mohammad Ryyan Khan à pv magazine. À ce jour, très peu de travaux ont été menés sur les projets agrivoltaïques associés aux grandes cultures telles que le riz, le blé et le maïs. »

Les chercheurs se sont penchés sur la viabilité économique de projets d’agrivoltaïsme avec des modules bifaciaux combinés à la culture de riz la plus répandue, Oryza sativa ou riz asiatique. Ils ont concentré leurs travaux sur six emplacements (An Giang au Vietnam, Dhaka au Bangladesh, la province du Jiangsu en Chine, Damiette en Égypte, Rio Grande do Sul au Brésil et Haryana en Inde) en tenant compte pour chacun d’entre eux des conditions météorologiques, de l’orientation du système PV, de l’espacement entre les rangs de panneaux solaires, des conditions de financement et des avantages économiques présentés par les modules bifaciaux.

« Pour un emplacement et une configuration bi/monofaciale donnés des panneaux, nous calculons la variation de l’irradiation à chaque point de la culture et de la surface du panneau solaire, a expliqué le scientifique. Étant donné qu’une densité plus élevée de panneaux pénalise le rendement des cultures dans une ferme agrivoltaïque, nous effectuons une analyse paramétrique afin de déterminer l’espacement optimal entre les rangs pour garantir la production de la quantité de riz voulue par unité de parcelle. »

Certains emplacements tels que Damiette et Haryana seraient d’ailleurs en mesure de fournir des gains supplémentaires grâce à un rendement énergétique plus important, en raison d’un rayonnement solaire plus favorable. En outre, les scientifiques ont noté que les conditions de financement sont également cruciales pour garantir la viabilité économique des projets. Selon eux, un projet agrivoltaïque en riziculture devrait veiller à ce que 90 % au moins de la parcelle soit destinée à la culture.

« D’après nos prévisions, le bénéfice net sera de 22 à 115 fois plus élevé pour les projets agrivoltaïques (en respectant la contrainte de 90 % de culture) par rapport à la seule culture du riz sur ces parcelles », ont-ils précisé.

L’équipe a décrit sa méthodologie dans l’article Agrivoltaics analysis in a techno-economic framework: Understanding why agrivoltaics on rice will always be profitable, récemment publié dans Advanced Energy.

« Nous prévoyons actuellement de mettre en place une installation pilote pour démontrer son impact au niveau socio-économique, a déclaré Mohammad Ryyan Khan. Notre objectif est aussi d’éveiller les consciences des propriétaires de terres agricoles au Bangladesh et de leur ouvrir de nouvelles perspectives. »

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...