Programme d’investissement de 400 millions d’euros dans les énergies renouvelables en Afrique du Sud

Share

La Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque de développement d’Afrique australe (DBSA) ont lancé un programme d’investissements de 400 millions d’euros dans les énergies renouvelables en Afrique du Sud. Réparti à parts égales entre les deux organismes, il a pour but de stimuler les investissements du secteur privé afin de conduire à la création de 1 200 MW de capacités supplémentaires en énergies vertes. Seront éligibles les projets d’énergie renouvelable – production d’énergie solaire photovoltaïque et éolienne terrestre – et potentiellement les des projets d’efficacité énergétique répartis sur tout le territoire.

Ils devront fournir aux Sud-Africains une source d’énergie fiable à un coût inférieur à celui des combustibles fossiles avec un double objectif : réduire les émissions de CO2 de 3,6 millions de tonnes, une fois que tous les sites seront opérationnels, et participer à la création de centaines d’emplois en Afrique du Sud pendant la construction et l’exploitation, en priorité via des entreprises locales. « La Banque de développement de l’Afrique australe a pour objectif d’améliorer la sécurité énergétique, non seulement en Afrique du Sud mais aussi sur l’ensemble du continent africain. L’Afrique du Sud, comme de nombreux pays africains, subit déjà les effets du changement climatique. Ce nouvel investissement de la BEI dans le cadre de notre programme d’investissement dans la production intégrée constitue une contribution importante à la croissance résiliente et durable de l’Afrique du Sud », a déclaré Patrick Dlamini, PDG de la DBSA.

Par ailleurs, ce plan de financement contribue au programme d’investissement dans la production intégrée (EGIP) de la DBSA qui soutient le développement et la montée en puissance de projets de production intégrée d’énergie renouvelable solaire photovoltaïque et éolienne, développés par des producteurs d’électricité indépendants opérant en Afrique du Sud. L’EGIP offre un mécanisme de soutien au crédit par la fourniture de capital-risque, pour le développement de ces centrales électriques de petite taille, généralement utilisées en autoconsommation.

De puis 1995 et leurs premiers financements communs, la BEI et la DBSA ont collaboré à la réalisation de 11 projets, dont un mécanisme d’action en faveur du climat, actuellement en cours de mise en œuvre, mais aussi le soutien d’infrastructures municipales telles que l’eau, l’assainissement et l’éducation.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...