Le Fraunhofer ISI voit dans le Power-to-X une grande opportunité économique pour le Maroc

Share

Le Maroc est actuellement considéré comme le candidat le plus en vogue pour la production de carburants synthétiques : le pays a un rayonnement solaire élevé et beaucoup de vent, de vastes zones inutilisées et un gouvernement très favorable aux énergies renouvelables. Dans une étude commandée par l’association germano-marocaine Parema Energy, l’Institut Fraunhofer pour la recherche sur les systèmes et l’innovation (ISI) a identifié les opportunités et les risques associés aux technologies Power-to-X (PtX) pour le pays d’Afrique du Nord.

Selon l’étude, le Maroc pourrait couvrir entre 2 % et 4 % de la demande mondiale, un marché compris entre 100 et 680 milliards d’euros en 2050. En particulier pour l’ammoniac synthétique, qui est la base des engrais, le potentiel est grand. « Le Maroc importe de un à deux millions de tonnes d’ammoniac fossile par an. D’ici 2030, le pays pourrait produire cette quantité lui-même de manière neutre en utilisant le PtX, tout en exportant une quantité similaire », a déclaré Wolfgang Eichhammer, le directeur du projet chez Fraunhofer ISI.

Cependant, le Power-to-X comporte également des risques et des inconvénients, soulignent les auteurs de l’étude. « Si les combustibles fossiles étaient complètement remplacés par des sources d’énergie de synthèse, la quantité d’électricité générée à partir de sources renouvelables serait multipliée », a déclaré Eichhammer. Cela aurait des effets énormes sur l’environnement et les ressources au Maroc, par exemple une consommation accrue de terres, d’eau et de ressources.

Le chercheur du Fraunhofer rappelle la discussion sur les biocarburants et leur durabilité, par exemple par le déplacement de terres agricoles au Brésil ou en Malaisie. « Les investissements dans les technologies qui remplacent les combustibles fossiles, mais qui comportent d’autres risques écologiques, doivent être soigneusement examinés et soumis à des critères de durabilité », explique Eichhammer.

Une autre question délicate concerne l’origine du carbone nécessaire à la production de sources d’énergies synthétiques carbonatées. Bien que la séparation directe par air soit techniquement possible, elle est toujours chère aujourd’hui. « L’efficacité énergétique, c’est-à-dire la réduction de la demande et la limitation de la technologie PtX aux domaines d’application les plus pertinents, est la priorité absolue », déclare Eichhammer. « En outre, le PtX ne devrait pas concurrencer la décarbonisation générale du secteur de l’électricité, car l’expansion des énergies renouvelables ne peut pas avancer à toute vitesse. »

Auteur: Ralph Diermann