Le tarif le plus bas de l’appel d’offres de 900 MW de Dubaï s’élève à 0,0169 $/kWh

Share

« Nous ne faisons aucun commentaire sur le sujet pour le moment », a déclaré le chargé des relations presse de la compagnie d’énergie saoudienne ACWA Power à pv magazine, lorsque nous avons demandé confirmation qu’il s’agissait de l’offre la plus basse dans l’appel d’offres pour la phase V de l’énorme parc solaire Mohammed bin Rashid Al Maktoum dans l’émirat de Dubaï. Le prix de l’électricité solaire le plus bas s’est établi à 0,0169 $/kWh.

L’enchère gagnante semble avoir été sur le point d’établir un nouveau record mondial de prix pour l’énergie solaire, et cela un peu plus de dix semaines après l’annonce de l’offre à 0,0147 €/kWh (0,016 $/kWh) proposée par Akuo Energy pour une capacité de 150 MW à l’appel d’offres du Portugal.

Selon RenewEconomy, la deuxième offre la moins chère – à 0,0175 $/kWh – a été présentée par un consortium formé par le développeur Masdar basé aux Émirats arabes unis, le fournisseur d’électricité EDF et le fabricant de panneaux chinois Jinko Power.

La Dubai Electricity and Water Authority (DEWA) accordera un contrat d’achat d’électricité d’une durée de 25 ans au soumissionnaire retenu et détiendra une participation de 60 % dans les projets.

L’ACWA est déjà en train de construire la phase II du champ solaire de 5 GW avec le fournisseur de services d’ingénierie espagnol TKS. De son côté, EDF a commencé les travaux sur la section de 800 MW de la phase III en 2017, avec une section de 200 MW mise en service en mai 2018. Cette partie du projet vendra de l’électricité à DEWA au prix de 0,029 $/kWh.

La phase IV, qui devait être à l’origine une centrale solaire uniquement à concentration de 700 MW, mais qui comportera finalement également 250 MW photovoltaïques, est développée par l’ACWA. La partie photovoltaïque de cette portion vendra de l’électricité pour 0,024 $/kWh. L’ACWA et la DEWA ont convenu d’un taux de 0,073 $/kWh pour la partie solaire à concentration.

Le parc solaire Mohammed bin Rashid Al Maktoum, qui devrait également inclure des installations de stockage à grande échelle et à hydrogène, devrait être achevé d’ici 2030.