Une entreprise de gestion de déchets électroniques ouvre des usines de recyclage de batteries à Singapour et en France

Share

La société de recyclage de déchets informatiques TES, basée à Singapour, a ouvert deux centres de recyclage de batteries. TES B à Singapour, et Recupyl, à Grenoble . Ils lui permettront d’offrir les « taux de recyclage les plus élevés du secteur » pour le lithium et le cobalt, ainsi que pour le cuivre et l’aluminium.

L’entreprise de recyclage a également révélé son intention de réutiliser les batteries de véhicules électriques usagées pour des applications de stockage d’énergie commerciales et résidentielles.

La société a annoncé hier qu’elle avait investi « environ 25 millions de dollars » dans des centres de recyclage de batteries à Singapour et à Grenoble, en France. Le communiqué de presse publié n’indique pas clairement si le montant des investissements s’applique en dollars singapouriens – ce qui équivaudrait à 18,4 millions de dollars US – ou à la devise américaine. La société a également omis de dévoiler des chiffres relatifs à la capacité des deux nouveaux actifs.

TES, qui se décrit comme « le plus grand recycleur de déchets électroniques au monde », a déclaré que son système de recyclage « hydrométallurgie » exclusif utiliserait des procédés de traitement chimique pour récupérer le lithium et le cobalt après la séparation magnétique du cuivre et de l’aluminium.

Des détails légers

Le communiqué de presse ne précisait pas le volume d’eau requis pour le processus de recyclage, ni si le liquide pouvait être réutilisé pour assurer une véritable approche d’économie circulaire. pv magazine a contacté la société pour plus de détails.

L’entreprise singapourienne, soutenue par le fonds d’investissement Navis Capital Partners basé à Kuala Lumpur, était plus vague concernant les projets de réutilisation des batteries de véhicules électriques – qu’elle a baptisé Energy Storage System – indiquant seulement que TES travaille avec des “partenaires stratégiques” pour le déploiement.

« Investir dans une technologie qui permet à TES de rester à la pointe du mouvement de développement durable fait partie de notre ADN », a déclaré le PDG Gary Steele, dans le communiqué de presse de la société. « À l’avenir, le secteur des batteries sera potentiellement confronté à une pénurie de matières premières liée à la multiplication exponentielle des appareils de l’Internet des objets, des véhicules électriques et des dispositifs de mobilité. Ces défis du monde réel nécessitent des solutions concrètes. »

« Travaillant en étroite collaboration avec l’EDB (Conseil du développement économique de Singapour) et la NEA (Agence nationale pour l’environnement), TES a pu développer une solution innovante de recyclage des batteries qui permet à Singapour de rester au centre de la future économie circulaire. »

**Article paru dans pv magazine Global**