Le panneau souple d’Armor pour une bâche solaire d’automobile

Share

Le premier prototype déployé sur la Gazelle – conçue par GazelleTech, premier constructeur de véhicules périurbains entièrement en matériaux composites – consiste en une bâche intégrant des modules du film photovoltaïque organique ASCA d’Armor, qui alimente en partie la batterie de la voiture, prolongeant son autonomie jusqu’à 8 000 km par an avec un objectif de 11 000 km par an d’ici à 2023, précise un communiqué de l’industriel publié à cette occasion.

A base de polymères organiques semi-conducteurs, le film photovoltaïque organique ASCA d’Armor se compose de fines couches d’encres, déposées grâce à un procédé d’enduction sur un film mince et souple, permettant d’offrir des atouts innovants tels que la flexibilité et la légèreté. Le film ASCA peut s’enrouler sans perte d’efficacité au moins 50 000 fois3. Il pèse environ 450g/m2, soit 30 fois moins que les autres technologies photovoltaïques. Ces propriétés permettent une intégration facile de la technologie à la bâche de protection de la voiture. Le film solaire peut également être appliqué directement sur la carrosserie, intégré dans les éléments vitrés comme le toit panoramique ou les vitres passagers ou encore dans des pare-soleils.

Armor rappelle qu’avec plus de 250 000 unités immatriculées en Europe sur les 9 premiers mois de l’année 2019, le segment de la voiture électrique a presque doublé par rapport à l’année précédente. Dotée d’une bâche solaire rétractable, la Gazelle a été entièrement pensée pour réduire l’impact carbone lors de déplacements » souligne Moïra Asses, Marketing & business development manager chez Armor, dans le communiqué de l’industriel. « Rendre les transports de demain plus autonomes et moins énergivores, tel est l’objectif du film photovoltaïque organique ASCA » conclut-elle.