La Région Occitanie dévoile une partie des projets locaux soutenus à l’AMI Hydrogène

Share

L’AMI lancé par le gouvernement a reçu plus de 150 candidatures. S’il faudra attendre encore plusieurs semaines avant de connaitre la liste des lauréats, la date de la deuxième relève des dossiers ayant été fixée au 30 juin, la région Occitanie a dévoilé 9 des 15 projets déposés sur son territoire.

« Ces projets régionaux représentent un investissement total de 460 M€ et la création estimée de 3 500 emplois directs en région » souligne Ad’occ, l’agence chargée d’animer les différents projets sous une marque commune : Hydéo.

La région Occitanie est dotée depuis l’an dernier d’un plan « Hydrogène Vert Occitanie », porté par le Conseil régional d’Occitanie, qui mobilise 150 millions d’euros de budget et vise à faire de l’Occitanie un fer de lance de la filière hydrogène. Les projets déposés dans l’AMI du gouvernement sont ainsi un prolongement des actions de la région en la matière.

Les projets dévoilés

Le système « FresH2 » est composé d’une pile à combustible alimentée par des réservoirs d’hydrogène et d’une électronique de puissance qui permet de convertir le courant continu délivré par la pile, en courant alternatif nécessaire au groupe froid. Ce projet « FresH2 » participe au corridor H2 : Espagne, France, Allemagne, Belgique et Pays-Bas et Bosch Rodez est partie prenante du consortium hydrogène créé à l’initiative de la région Occitanie. L’objectif affiché de ce projet est la mise en fabrication des premières séries dès 2023 à Rodez.

HYCCO (Hydrogen Carbon Components) a développé un nouveau concept de plaque bipolaire en matériau composite ; un composant clé des piles à combustible et des électrolyseurs hydrogène. Les matériaux utilisés permettent simultanément d’augmenter leur durée de vie et de réduire leur poids, sans compromettre leur compacité. NHYFY /

Le projet Nexeya Hydrogen Factory a pour but de développer et industrialiser des systèmes H2 complets, compétitifs et performants (systèmes PAC + stockage H2 + électronique de puissance et EMS) de façon à fournir les projets et marchés développés, dans le cadre du déploiement de la filière française hydrogène énergie. Ce projet propose : des conteneurs à Haute Densité de Stockage (HDS), permettant la logistique hydrogène multimodale (transport routier, ferroviaire, maritime ou fluvial), développés dans le cadre du projet HYVOO, une expertise pour la fourniture d’autonomie énergétique par ENR, projet Green Harbour (barge autopropulsée multi-usages dont la principale mission est de fournir aux navires à quai, une alimentation électrique de 2MW à partir d’hydrogène vert « certifié »),

une intégration des équipements stockage, piles et gestion de puissance pour fournir des systèmes complets 100% français, pour des applications de mobilité lourde.

La société SAFRA désire accroître sa capacité de production de bus électrique à hydrogène, et développer une offre autocar électrique à hydrogène dès 2022, avec pour ligne de mire les Jeux Olympiques de 2024. Le projet SAFRA H2 ambitionne ainsi d’avoir une capacité de production de 1 600 véhicules, tout combiné, de bus et d’autocar électrique à hydrogène.

 

Ce projet est prévu sur la période 2020 – 2030 et permettra de générer plus de 2 990 emplois directs et 1 950 indirects chez les fournisseurs de SAFRA (pile à combustible, réservoirs…) et les fabricants de stations-services hydrogène avec électrolyseur.

HYVOO (Hydrogène Vert Ouest Occitanie), avec Qair Premier Elément, contribue à l’émergence d’un hub logistique multimodal autour d’une unité de production massive d’hydrogène vert de Port-La-Nouvelle, où seront implantées des éolienne offshore flottantes. L’usine d’une capacité de 500 à 3 500 t/an, fournit et distribue, via une chaîne logistique innovante de l’hydrogène dans les secteurs de l’industrie, de l’énergie, des transports routiers et fluviaux, dans un rayon de 250 km.

Au-delà des usages stationnaires en milieu portuaire (Green Harbour), de la mobilité lourde (Corridor H2) et Fluviale (HyBarge), HYVOO accélère le développement d’un container Haute Densité de Stockage H2 ouvrant de nouvelles perspectives aux transports de fret par les voies maritime, fluviale, routière et ferroviaire.

LP2H (Local Power to Heat) / Bulane

Le projet LPH2 de Bulane ambitionne de faire de l’entreprise une pionnière dans l’hybridation (électrique vers chaleur via combustion du vecteur hydrogène) des appareils à combustion fossile (industriels, tertiaires, collectifs et domestiques). Ce grâce au développement d’un électrolyseur innovant (dyomix Plug’In Hybride Hydrogène), capable de créer une véritable passerelle énergétique « cross-over » entre la production électrique (électrons consommés pour l’électrolyse) et les besoins de chaleur (flamme/combustion hybride hydrogène délivrée en sortie d’électrolyse, réalisée dans des conditions optimales, sur site, sans stockage, à la demande et à très basse pression).

Le projet HydrOmer vise à construire une drague – navire spécialisé, équipé d’outils lui permettant de prélever des sédiments dans les fonds marins afin de les déplacer- contribue à deux missions principales : la conservation des profondeurs minimales dans les enceintes portuaires et le rechargement en sable des plages. Un navire doit être équipé d’une production d’énergie embarquée suffisante afin de permettre sa navigation et d’alimenter les outils nécessaires aux opérations de dragage.

En complément des diesel, une pile à combustible alimentée en hydrogène vert y sera intégrée constituant le véritable défi technologique de ce projet. Cette source d’énergie permettra de réduire la consommation en énergie fossile et l’émission de polluants.

Le projet porté par MH2 (Montpellier Horizon Hydrogène) et M3M (Montpellier Méditerranée Métropole) consiste à investir dans une flotte de 51 bus à hydrogène pour compléter la flotte bus GNV actuelle (130 bus) à l’occasion du déploiement de 4 nouvelles lignes exploitées par TaM, délégataire des transports en communs de la Métropole de Montpellier. Le projet prévoit la mise en service de 21 bus H2 en 2023 pour un total de 51 bus H2 en 2025. La station de distribution d’hydrogène, qui alimentera les bus, sera approvisionnée via un électrolyseur d’une puissance de 2MW, alimenté en majorité en électricité photovoltaïque d’une puissance de 2,8MW. Cette station sera également ouverte aux usages privés.

Enfin, le projet Corridor H2 crée les bases d’un couloir européen nord-sud zéro émission, destiné au transport routier, en utilisant l’énergie de l’hydrogène produit à partir de sources renouvelables. Ce premier échelon de maillage de stations hydrogène, cible une douzaine de stations.