Validation d’un projet hybride en Charente-Maritime associant solaire, batteries et hydrogène vert

Share

Le 20 juin, les élus de la Communauté des Communes de la Haute-Saintonge (CDCHS), en Charente-Maritime, ont voté à l’unanimité l’implantation d’un projet hybride, qui comprendra une centrale solaire, reliée à des batteries et qui alimentera une station de production d’hydrogène vert. Celui-ci verra le jour sur le site du Pôle Mécanique de la Haute Saintonge.

Pour le développement, la construction et l’exploitation d’un parc PV d’une puissance de 40 MWc, la CDCHS a sélectionné le producteur d’énergies renouvelables BayWa r.e. au terme d’un Appel à Manifestation d’intérêt (AMI) qui avait été lancé fin 2021. La centrale s’étendra sur 50 hectares, pour une production annuelle de près de 52 GWh correspondant à la consommation de plus de 26 000 personnes, soit près de la moitié des besoins domestiques de la Communauté des Communes de la Haute Saintonge. Les études environnementales seront engagées dès cette année. Sous réserve d’obtention des autorisations administratives, la construction du parc photovoltaïque pourrait être engagée en 2026.

Le dimensionnement de l’électrolyseur confié à Lhyfe

Il sera par ailleurs couplé un système de stockage d’énergie de type batterie lithium, dont la capacité n’a pas été précisée. Le dispositif, également déployé par BayWa r.e., permettra une intégration optimisée de la centrale sur le réseau, en captant les excédents de production solaire et en utilisant intelligemment les infrastructures électriques. En outre, il contribuera entre autres à sécuriser l’approvisionnement en électricité, notamment en périodes de pointe hivernale.

Pour le volet hydrogène vert, BayWa r.e. s’est rapproché de l’entreprise française Lhyfe, qui aura la charge du développement, de la construction et de l’exploitation d’une unité de production d’hydrogène vert renouvelable alimentée par la production électrique du parc photovoltaïque. Lhyfe conduira parallèlement une étude approfondie des débouchés locaux de la production d’hydrogène, dans un rayon de 100 à 150 km, afin de dimensionner la chaîne de production d’hydrogène comprenant électrolyseur, compresseur et stockage. L’hydrogène renouvelable ainsi produit pourrait par exemple être commercialisé auprès d’acteurs privés ou publics, comme les flottes de véhicules des collectivités, des syndicats de déchets, des transports scolaires et urbains, et des entreprises locales, mais aussi les industriels locaux (filières agro-industrielle, aéronautique…). « BayWa r.e. souhaite que le projet de la Haute-Saintonge soit une vitrine de l’innovation qui démontre le bien-fondé d’associer des outils de flexibilité à la production d’énergie renouvelable, tant sur le plan local qu’au niveau du système électrique. Nous nous attacherons à démontrer la faisabilité technique du projet, mais aussi sa pertinence économique au regard des services apportés », souligne ainsi Mathieu Bordeleau, Responsable de l’innovation chez BayWa r.e. France.

Enfin, afin de permettre au territoire d’être véritablement acteur de la transition énergétique, BayWa r.e. proposera à la collectivité d’entrer au capital du projet dès la phase de développement, puis de rester et devenir majoritaire si elle le souhaite en phase construction et exploitation. Dans ce cas, la rémunération liée à cet actionnariat viendrait s’ajouter aux retombées économiques et fiscales liées à la présence du parc solaire photovoltaïque sur le territoire des collectivités.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

L’action du développeur solaire résidentiel SunPower s’effondre de 70 %
23 juillet 2024 Le cours de l'action du développeur américain d'installations solaires en toiture, appartenant à 32 % à TotalEnergies, est passé sous la barre des 1 $...