2021, année record pour le photovoltaïque en Suisse

Share

Selon les données publiées dans la nouvelle édition de la “Statistique de l’énergie solaire” rédigée par l’OFEN (Office fédéral de l’énergie), 2021 a été une année record pour le photovoltaïque en Suisse. En effet, la puissance photovoltaïque supplémentaire installée a augmenté de 43 % par rapport à l’année précédente pour atteindre le nouveau record de 683 MWc, ce qui correspond environ à une nouvelle surface de 0,4 mètre carré par habitant. En 2020, 476,8 MW avaient été nouvellement installés. La puissance photovoltaïque totale en Suisse était donc de 3 655 MW à la fin 2021. La production annuelle était de 2842 GWh, ce qui correspond à la consommation annuelle d’environ 900 000 ménages de quatre personnes. La part de la production d’électricité solaire dans la consommation d’électricité de la Suisse était de 4,89 % en 2021 (4,7 % en 2020) et atteint désormais près de 6 %.

Dans un contexte de hausse des prix de l’électricité et d’un besoin en approvisionnement énergétique indépendant des crises, cette croissance a pu être constatée dans toutes les catégories de taille et dans tous les domaines d’application. La croissance est particulièrement élevée pour les installations sur les bâtiments industriels et commerciaux (+53 %), sur les maisons individuelles (+60 %) ainsi que pour les grandes installations de plus de 1 000 kilowatts. La taille moyenne des nouvelles installations construites était de 25,3 kilowatts (kW), contre 24,5 kW en 2020. La tendance aux installations de plus grande taille se manifeste dans tous les segments de marché. « Il n’a jamais été aussi évident d’installer un système solaire : Il fournit l’électricité nécessaire à la mobilité électrique et à la pompe à chaleur, contribue à la sécurité de l’approvisionnement et protège contre les prix records de l’électricité », résume David Stickelberger, directeur de l’association professionnelle Swissolar, pour expliquer les raisons de ce boom.

Le stockage sur batterie de plus en plus populaire

Le nombre de nouvelles batteries installées a été multiplié par 2,5 par rapport à l’année précédente. Environ une nouvelle installation photovoltaïque sur trois dans une maison individuelle a été combinée avec une batterie, souvent dans l’intention de se protéger d’une éventuelle coupure de courant. La capacité de stockage totale installée à la fin de l’année était de 157 000 kWh, ce qui permettrait d’alimenter 15 000 foyers en électricité pendant une journée.

Au cours du premier semestre 2022, les installations photovoltaïques ont fourni 6,5 % de l’électricité nécessaire en Suisse. Elles ont ainsi pu contribuer de manière déterminante à la sécurité de l’approvisionnement, notamment pendant les mois de mars et d’avril, particulièrement critiques en raison de la vacuité des barrages. Pour sortir des énergies fossiles et du nucléaire, la Suisse a toutefois besoin d’environ 13 fois plus de puissance solaire qu’aujourd’hui. La solarisation de 40 % des surfaces de toitures appropriées existantes dans le pays suffirait pour atteindre cet objectif. A cela s’ajoutent d’autres potentiels immenses sur les façades appropriées et à l’extérieur des bâtiments.

Selon le plan en 11 points de Swissolar, la production annuelle d’électricité solaire doit donc être multipliée par 7 pour atteindre 25 TWh d’ici 2035. Pour l’année 2050, l’association vise un objectif de 45 TWh d’électricité solaire par an, ce qui correspondrait à près de la moitié de la consommation d’électricité à cette date. Pour cela, la construction annuelle doit être portée à 2000 MW. Pour y parvenir, de nouvelles conditions-cadres doivent être créées à cet effet : l’encouragement actuel au moyen d’une rétribution unique, complété par les mesures supplémentaires déjà décidées par le Parlement pour les installations sans consommation propre à partir de 2023, sont une bonne condition préalable. Toutefois, cette subvention prendra fin en 2030, raison pour laquelle le Parlement doit veiller d’urgence à une solution de remplacement dans le cadre de la “loi fédérale sur la sécurité de l’approvisionnement en électricité issue d’énergies renouvelables”. Avec la révision de l’ordonnance sur l’aménagement du territoire, en vigueur depuis le 1.7.2022, il sera possible d’utiliser d’autres surfaces en dehors des bâtiments, par exemple avec des installations agrivoltaïques. D’autres adaptations du droit de l’aménagement du territoire sont nécessaires pour que les grandes installations puissent également être construites en montagne.

La pénurie de personnel, autre goulot d’étranglement

Pour l’année en cours, Swissolar prévoit une construction photovoltaïque de 850-900 MW (+25-30%). Cela pourrait être encore plus si des goulots d’étranglement au niveau du personnel et des matériaux n’entraînaient pas de retards dans les projets. Pour surmonter la pénurie actuelle de personnel, il faut une perspective de croissance continue du marché. « Celui qui oriente maintenant sa carrière professionnelle vers l’énergie solaire veut être sûr que le ‘stop and go’ de la dernière décennie, dû à la politique, appartient au passé », commente David Stickelberger. Le secteur solaire prévoit l’introduction d’un apprentissage professionnel à partir de 2024 ainsi que différentes mesures pour les personnes souhaitant se reconvertir. En revanche, il n’est guère possible d’influer sur les goulets d’étranglement actuels dans les chaînes d’approvisionnement, entre autres pour les onduleurs en raison du manque de puces électroniques. Dans ce domaine, Swissolar espère une normalisation au cours de l’année prochaine.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...