L’éco-organisme Soren met en garde sur les filières non contrôlées de réemploi des panneaux solaires

Share

Sur l’année 2023, l’éco-organisme Soren, chargé de la collecte et du recyclage des panneaux photovoltaïques en France, a récupéré 5 207 tonnes de modules solaires, ce qui correspond à 260 000 unités. Il s’agit donc d’une hausse de 35 % par rapport aux 3 848 tonnes collectées en 2022. Dans le détail, sur les 5207 tonnes, 4 431 tonnes proviennent de métropole, dont 1 661 tonnes en Occitanie, et 775 tonnes des régions d’Outre-Mer. Enfin, 4 804 tonnes ont été collectées sur site tandis que 403 tonnes ont été apportés sur un point apport volontaire. « Pour 2024, nous sommes sur des projections similaires », a ajouté Nicolas Defrenne, directeur général de l’éco-organisme lors d’une conférence de presse.

Sur le traitement global des panneaux solaires photovoltaïques usagés (3 631 tonnes), 3 286 tonnes (90%) ont été recyclés. Le reste a été éliminé (8,87 %) ou valorisé (0,64 %). Toutefois, en dépit de ces chiffres record, « 40 % des panneaux désinstallés en France nous échappent car ils sont donnés, revendus ou exportés via des filières de réemploi plus ou moins contrôlées, en particulier vers les pays en développement », déplore Nicolas Defrenne. Si Soren reconnaît l’importance de développer la seconde vie des modules photovoltaïques et travaille avec l’entreprise Envie sur une ligne de réemploi, l’éco-organisme liste toutefois les risques liés aux filières illégales. « Certains n’hésitent pas à entasser les panneaux solaires dans des conteneurs, sans palettes. On peut logiquement se demander dans quel état ils sont à l’arrivée : il y a de vrais risques pour la sécurité des futurs utilisateurs, en particulier des risques d’incendies… », relate Nicolas Defrenne, qui indique que Soren a fait des signalements auprès des douanes.

Mise en place d’un contrôle technique

Parallèlement, l’organisation milite pour la mise en place d’une certification, sorte de contrôle technique qui comporterait des tests d’isolation électrique et d’électroluminescence, à l’image de ce que fait la start-up Solreed qui développe la re-qualification et la re-certification des panneaux solaires usagés. Un fonds de réemploi, d’un montant de 3 millions d’euros sur la période 2023 à 2027, doit aussi être mis en place. Un appel à projets sera lancé au deuxième semestre pour développer la filière réemploi et les lauréats seront connus au cours de l’année 2024.

Selon le rapport d’activité 2023, 320 000 tonnes, soit 14,5 millions de panneaux PV, ont été mis sur le marché en 2023. Soren a réalisé un chiffre d’affaires 9 545 000 € (contre 8 477 000 euros en 2022), dont 8 304 000 € de contributions de la part de ses 461 adhérents producteurs et 560 000 € des recettes tirées de la vente des matières premières recyclées. Tandis que le verre représente 70 % du poids du panneau, il ne génère que 10 % des revenus matières. A l’inverse, le silicium représente 2,9 % du poids et 40 % des revenus, l’argent 0,08 % du poids et 20 % des recettes. « Les revenus tirés des matières premières sont encore faibles, notre objectif est qu’ils représentent à terme un tiers de notre chiffre d’affaires », prévoit le directeur général. L’éco-organisme compte également sur les importations de panneaux à recycler, par exemple en provenance du Royaume-Uni, qui permettraient d’augmenter les volumes traités par les industriels français du recyclage.

Enfin, un nouveau cycle d’appel d’offres sera conduit en 2025 pour sélectionner de nouvelles capacités de recyclage afin de préparer l’arrivée des volumes à partir de 2030. « Les volumes collectés devraient passer de 40 000 tonnes en 2030, à 150 000 tonnes en 2040 et 500 000 tonnes en 2050 », chiffre Nicolas Defrenne. Pour la filière, il est donc primordial qu’elle se développe au bon rythme, pour éviter de prendre du retard mais sans créer de surcapacités, ce qui mettrait en péril l’équilibre économique des recycleurs.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.