L’île d’Ouessant bénie par le soleil et le vent (et le stockage)

Share

Le producteur français d’électricité indépendant Akuo Energy et le spécialiste de l’énergie hydroélectrique Sabella ont annoncé un projet commun d’énergie renouvelable et de stockage pour l’île d’Ouessant, qui, avec l’île de Sein et l’archipel de Molène, ne sont pas raccordées au réseau électrique du continent.

Dans son communiqué, Akuo déclare que le projet, nommé Phares, est actuellement en développement et qu’il a l’ambition de démontrer la pertinence d’un modèle énergétique hybride dans un contexte insulaire.

Le projet a été soutenu par la région Bretagne et par le Programme d’investissements d’avenir opéré par l’Ademe. Les détails des soutiens n’ont pas été spécifiés.

Selon Akuo, la centrale combinera deux hydroliennes Sabella D12 de 500 kW chacune, une éolienne de 900 kW, un mix solaire photovoltaïque innovant de 500 kW et une capacité de stockage de 2 MWh. Le projet Phares, combiné aux projets énergétiques existants, permettra d’atteindre environ 70 % de pénétration en énergie renouvelable à Ouessant en 2023. « En effet, au-delà de son caractère hybride unique, nous servirons la transition agricole insulaire », déclare Steve Arcelin le directeur d’Akuo Energy.

Indépendance énergétique des îles finistériennes

Actuellement, les trois îles de Ouessant, Molène et Sein sont principalement alimentées par des générateurs de combustibles fossiles polluants, mais toutes les trois ambitionnent de s’alimenter uniquement en énergies renouvelables d’ici 2030.

L’ île de Ouessant consomme environ 6 000 MWh par an, tandis que la consommation de Molène et de Sein varie entre 1 200 et 1 500 MWh environ.

La fourniture d’électricité de ces territoires est assurée par EDF Solutions énergétiques insulaires (SEI), une branche d’EDF qui est en charge du service public de l’électricité en Corse et dans les départements d’outre-mer.