Albioma étend le PV sur les îles françaises et bientôt sur les toitures de la métropole

Share

Le premier semestre marque une hausse dans le chiffre d’affaires de Albioma de 19%, et une expansion de 31% dans ses activités Solaire France. Son Président-Directeur Général, Frédéric Moyne, précise que cette croissance est liée à l’ensemble des activités thermique et solaire du groupe enregistrant des performances solides sur tous ses marchés et à de bons débuts pour ses nouvelles centrales.

En février et juin 2019, le producteur d’énergie renouvelable indépendant a mis en service les centrales solaires de Port Ouest à la Réunion et de Sainte-Rose en Guadeloupe. Ces centrales bénéficient toutes deux de batteries pour stocker plus d’1 MWh d’énergie solaire et stabiliser la contribution de ces centrales aux réseaux électriques des zones non interconnectées sur lesquelles elles sont construites.

« Avec une hausse du chiffre d’affaires et de l’EBITDA au premier semestre 2019, les résultats confirment une accélération de la croissance du Groupe », annonce Frédéric Moyne au conseil d’administration d’Albioma réuni le 24 juillet 2019. « En ligne avec nos objectifs, ces résultats démontrent la solidité de la stratégie d’Albioma, au service de la transition énergétique des territoires. »

Plans pour la rentrée

Le groupe poursuit actuellement la construction de la centrale solaire de Stade de l’Est à La Réunion, dont la mise en service est prévue pour le second semestre 2019. Au-delà de cette échéance, Albioma compte adresser de nouveaux marchés, dont celui du solaire en toiture dans l’Hexagone.

Au cours de ce dernier semestre, Albioma a levé 61 millions d’euros pour permettre à ses activités Solaire France de refinancer ses actifs et d’accélérer son développement en France métropolitaine. En juin 2019, l’entreprise a remporté 5,2 MW de projets solaires à La Réunion, Mayotte et en métropole lors de la septième période de l’appel d’offres portant sur les installations en toitures.

Albioma est le premier producteur d’énergie photovoltaïque en Outre-mer où il construit et exploite des projets parfois munis de stockage. Depuis 25 ans, le groupe développe également de l’énergie renouvelable à base d’un résidu fibreux de canne à sucre. Le groupe est implanté en Outre-mer français, en France métropolitaine, à l’Île Maurice et au Brésil.