Engie Green et le SIGEIF s’associent pour réaliser la plus grande centrale d’Île-de-France

Share

C’est au Salon des Maires et des Collectivités Locales que le pacte d’actionnaires de la société dédiée au projet photovoltaïque de Marcoussis a été signé entre Engie Green et le Syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Île-de-France (SIGEIF). Il concerne le financement, la construction et l’exploitation de la future centrale, dont la mise en service est prévue pour début 2021.

Dotée de 57 862 panneaux, cette centrale photovoltaïque aura une capacité de 20,3 MWc. Elle sera située sur un terrain dégradé de 46 hectares ayant accueilli des remblais lors des travaux de réalisations de la LGV Atlantique. « Un volet agricole avec une co-activité pastorale est également en projet », précise Engie.

Le projet, démarré et 2017 et lauréat de l’appel d’offres CRE 4.5 en février 2019, sera le plus puissant de la région Île-de-France. À ce jour, la centrale de Meaux, développée par Langa, une filiale d’Engie, dispose de la plus grande capacité installée (17 MWc). Akuo, via sa filiale ACT-E et ECT sont également en train de construire une centrale de 17 MWc, à Annet-sur-Marne, en Seine-et-Marne.

Le SIGEIF, le plus grand syndicat d’énergie de France, fédère 186 collectivités (représentant 5,5 millions d’habitants) et assure une mission de service public pour l’organisation et le contrôle de la distribution de l’énergie. Selon Jean-Jacques Guillet, son président, ce projet montre que « la transition énergétique passe au premier chef par l’intercommunalité. » Il ajoute : « Il illustre le rôle primordial qu’y jouent les collectivités locales, via leurs outils opérationnels que sont les syndicats intercommunaux d’énergie. Je me réjouis que le SIGEIF contribue ainsi de façon décisive à l’accroissement de la production d’énergie propre en Île-de-France. »

Ce projet devrait contribuer à atteindre les objectifs fixés pour le développement des énergies renouvelables par le Schéma Régional Climat Air Energie de la Région Île-de-France, à savoir approvisionner la totalité des besoins régionaux en ressources renouvelables d’ici 2050. Pour cela, elle compte doubler la capacité de production renouvelable sur le territoire francilien d’ici 2030, pour fournir 40 % de la consommation.