Un consortium veut créer des normes pour les systèmes photovoltaïques flottants

Share

La société de conseil DNV GL, basée en Norvège, a créé un nouveau consortium visant à définir des normes et des recommandations de bonnes pratiques pour le secteur du photovoltaïque flottant.

Le consortium Floating Solar JIP (joint industry project) comprend de grandes entreprises d’énergie européennes telles que EDF, le portugais EDP et le norvégien Equinor, ainsi que la Compagnie Nationale du Rhône, le développeur de projet allemand BayWa r.e, le producteur d’électricité indépendant britannique Mainstream Renewable Power et le développeur solaire norvégien Scatec Solar, entre autres. Elle comprend également le spécialiste du photovoltaïque flottant Ciel & Terre et le fournisseur suédois de systèmes d’amarrage et d’ancrage Seaflex.

Le projet concernera les projets solaires flottants à la fois sur les eaux intérieures et côtières et se concentrera principalement sur l’évaluation des conditions du site, la prévision du rendement énergétique, les systèmes d’amarrage et d’ancrage, les structures flottantes, l’obtention de permis et les impacts environnementaux. « En ne se limitant pas à une technologie solaire flottante spécifique, le consortium vise à définir des exigences et des lignes directrices qui peuvent être appliquées dans la pratique à tous les projets solaires flottants », a expliqué DNV GL.

Une version contenant les premières recommandations devrait être élaborée d’ici la fin de cette année, tandis qu’une version finale avec des pratiques vérifiées devrait être publiée au premier trimestre 2021.

Ce n’est pas la première tentative de définition des meilleures pratiques pour le segment des systèmes photovoltaïques flottants. En novembre, le Solar Energy Research Institute of Singapore (SERIS) a publié le Floating Solar Handbook for Practitioners, un guide pratique pour les développeurs de projets PV flottants sur plan d’eau et à proximité des côtes. Ce guide est destiné à aider les développeurs à identifier les sites, à réaliser des études de faisabilité, à trouver des financements, à résoudre les problèmes environnementaux et sociaux, à passer des marchés publics et à construire, ainsi qu’à assurer l’exploitation et la maintenance.

Quelques mois auparavant, la Fondation néerlandaise pour la recherche appliquée à l’eau – STOWA – avait également publié des lignes directrices et des outils pour les développeurs de centrales photovoltaïques flottantes. Ce guide fournit des recommandations pour l’obtention de permis auprès des autorités responsables de l’eau, décrit les conditions dans lesquelles il est permis de placer des panneaux solaires sur l’eau, et expose les effets possibles du solaire flottant sur les écosystèmes aquatiques.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...