L’acteur de la semaine : Technique Solaire remporte ses premiers projets aux Pays-Bas

Share

Pour sa deuxième implantation à l’international et sa première en Europe, Technique Solaire a choisi les Pays-Bas, un marché actuellement très dynamique. « Grand comme deux départements français et malgré un ensoleillement moindre, le pays a installé 3 GWc en 2020, contre moins de 1 GWc pour la France », remarque Thomas de Moussac, co-fondateur et directeur du développement chez Technique Solaire. Au total, les Pays-Bas disposent d’environ 10 GWc de capacités solaires, soit autant que l’Hexagone.

Via sa filiale Technique Solaire Nederland, créée à l’été 2020 et gérée par l’entrepreneur Dick Teunis, le développeur annonce donc ce mardi 25 mai la concrétisation de ses premières prospections, avec plusieurs marchés remportés. Trois installations totalisant 13 MWc ont ainsi été nommées lauréates de la dernière session d’appel d’offres gouvernemental. « L’une d’elles concerne notre toute première centrale flottante, précise Guilhem de Tyssandier, responsable du développement international chez Technique Solaire. Installée sur une ancienne sablière dans le sud du pays, elle disposera d’une capacité de 7,5 MWc et sa construction devrait démarrer mi-2022 ». Les deux autres portent sur deux ombrières de parking de poids lourds et de voitures, respectivement de 3 MWc et de 2 MWc. Leur mise en service devrait également intervenir en 2022.

En outre, Technique Solaire a réalisé sa première acquisition à l’étranger, en rachetant une centrale au sol de 1 MWc près de Groningen, dans le nord des Pays-Bas. Sa construction sera lancée début juin pour un raccordement attendu fin juillet. Enfin, l’acquisition d’une deuxième centrale au sol, cette fois déjà opérationnelle, est également à l’étude et pourrait être annoncée dans les prochaines semaines. Au total, dans le cadre de son plan de développement Ambition 2024, la société qui vise les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, ambitionne de détenir 1 GWc de capacités en 2024, dont 100 MWc aux Pays-Bas.

« Après une implantation réussie en Inde, ces projets démontrent notre capacité à nous faire une place dans des contextes très concurrentiels », se félicite Thomas de Moussac. Le marché néerlandais est en effet caractérisé par une très forte pression sur les prix. « Alors qu’il y a deux ans, on était à environ 100 euros/MWh, les prix tournent aujourd’hui autour de 60 à 80 €/MWh et il n’est pas impossible qu’ils approchent les 50 €/MWh en 2022-2023 sur les centrales au sol », chiffre Guilhem de Tyssandier. Autre particularité : en raison d’un foncier peu disponible, la construction des centrales sur toitures existantes, quel que soit leur dimensionnement, n’est généralement pas soumise à un permis de construire, afin d’encourager ce secteur. « C’est ce qui explique le rythme soutenu de développement du PV aux Pays-Bas et le fait que les deux tiers de la capacité solaire soit installée sur toiture », analyse Thomas de Moussac. Autant d’opportunités dont l’entreprise française pourrait bien se saisir.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.