Appel d’offres CRE 4.9 ISB : les lauréats

Share

Jeudi 6 février, le ministère de la Transition écologique et solidaire a publié la liste des projets sélectionnés dans le cadre de la neuvième période de l’appel d’offres « installations solaires photovoltaïques sur bâtiment » (bâtiments, serres, hangars agricoles et ombrières) : 306 projets ont été sélectionnés, représentant une capacité totale de 146,8 MW – un volume certes plus élevé que celui attribué lors de la période précédente (127 MW), mais toujours bien en dessous de la capacité appelée, à hauteur de 300 MW.

Finergreen rappelle que la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a décidé d’éliminer 20 % des projets dont les tarifs étaient les plus élevés, comme elle le préconisait lors des périodes précédentes de l’appel d’offres.

Parmi les projets sélectionnés, 78 MWc font partie de la famille 1, à savoir la famille des installations de puissance comprise entre 100 kWc et 500 kWc. Les 279 projets de cette catégorie bénéficieront d’un tarif d’achat, tandis que les 27 projets de la famillle 2 (capacité comprise entre 500 kWc et 8 MWc), représentant un total de 69 MWc, auront un complément de rémunération.

Sur le plan géographique, si les régions du sud de la France dénombrent sans surprise le plus grand nombre de projets lauréats (70 % des projets sont situés en Occitanie, Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes), la région Grand Est se distingue à nouveau lors de cette période et affiche 25 projets sélectionnés totalisant 9 MWc. Lors des 7e et 8e périodes, la région s’était également démarquée parmi les régions bénéficiant d’un ensoleillement moindre, remportant respectivement 19 projets (7,4 MWc) et 9 projets (2,6 MWc).

Trio de tête

Dans le classement établi par Finergreen qui a pu identifier 43 développeurs parmi les soumissionnaires sélectionnés (17,5 MW n’ayant pas pu être reconnus), les trois premières places sont occupées, dans l’ordre, par Technique Solaire (18,7 MWc), Urbasolar (17,4 MWc) et Amarenco/Total (16,7 MWc).

On retrouve ce même trio en tête du classement général regroupant les capacités attribuées au cours des neuf périodes de l’appel d’offres, néanmoins dans un ordre différent : c’est Amarenco qui arrive en tête avec 182 MWc, suivi de Technique Solaire (130 MWc) et enfin d’Urbasolar (126 MWc).

Stabilité des prix moyens… et de la sous-soucription

Concernant la tarification, les prix moyens des projets lauréats s’élèvent à 96,5 €/MWh pour la famille 1 et à 86,2 €/MWh pour la famille 2, des niveaux relativement semblables à ceux de la période précédente (respectivement 97,5 €/MWh et 86,5 €/MWh). Depuis la 7e tranche, les prix moyens ont connu une baisse de 4 %, précise Finergreen, marquant une baisse lente et graduelle, après une phase de “forte volatilité” entre les périodes 1 à 6.

Si l’on considère la sous-souscription de la capacité appelée, les développeurs majeurs et les prix moyens, on constate que les résultats de la neuvième période de l’appel d’offres sont similaires à ceux de la session précédente. Toutefois, avec loi Énergie-climat qui impose aux nouvelles surfaces commerciales et industrielles d’intégrer des panneaux solaires ou des systèmes de végétalisation sur 30 % de leur surface au moment de la construction, et l’avis favorable émis par la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne concernant le relèvement du seuil de guichet ouvert, il se pourrait que ces tendances soient amenées à changer.