[Portrait distributeur] NED veut démocratiser l’accès à l’énergie solaire

Share

« Nous rendrons d’autant plus facile l’accès à l’énergie renouvelable si nous faisons bien notre travail de distributeur ». Créateur-fondateur de Nouvelles Énergies Distribution (NED) en 2013, Jérôme Rouch s’y est employé tout au long de la dernière décennie, comme il l’explique à pv magazine France. Avec en tête une idée fixe : assurer à ses clients, installateurs de photovoltaïque pour le résidentiel, une double qualité de produit et de service. « C’est déjà suffisamment difficile pour eux de vendre un kit. Il ne faut pas que le jour de la pose il y ait un souci, sinon ça ralentit tout le process », affirme le directeur général de NED, qui ne conserve plus que 20 % des parts de la société, après son rachat, en 2022, par Téréva, filiale du groupe Martin Belaysoud, spécialisée dans la distribution BtoB pour les secteurs du bâtiment et de l’industrie.

Autodidacte, Jérôme Rouch s’est lancé seul dans l’aventure du photovoltaïque, dix-huit mois après le moratoire sur les aides publiques à l’énergie solaire. Persuadé qu’une nouvelle filière était en train de naître, il s’est rapidement fait aider par un fonds d’investissement, social et environnemental, qui lui a, dit-il, « donné le carburant pour accélérer ». À l’époque, NED affiche de grandes ambitions, notamment dans les pays limitrophes. « Nous avons commencé à nous développer en Suisse et en Espagne, et puis le Covid-19 est arrivé… Tout s’est arrêté pendant plusieurs mois. C’est la première, et la seule année, où l’on a un peu trébuché », reconnaît Jérôme Rouch.

Le « déclic » de la guerre en Ukraine

Plutôt que redevenir un distributeur régional, comme le réclamait son principal soutien financier, NED a préféré, à l’inverse, « réduire un peu la voilure » aux dires de son directeur général, et se tourner vers un partenaire industriel pour continuer à croître. « Je savais que le marché allait se développer tôt ou tard et je voulais garder des forces vives de la société. Avec le groupe Martin Balaysou, on a la même philosophie vis-à-vis de nos clients… On s’est donc très vite entendu ».

En février 2022, au moment où NED se fait racheter par Téréva, la guerre en Ukraine éclate. Un vrai « déclic » pour Jérôme Rouch. « Tout le monde s’est dit à ce moment-là qu’on entrait dans une crise énergétique durable et que le photovoltaïque allait décoller ». En deux ans, le chiffres d’affaires de NED a bondi, passant de 40 à 105 millions d’euros. La baisse des prix des panneaux est « un peu compliquée à gérer », avoue Jérôme Rouch, mais c’est selon lui peut-être le prix à payer pour démocratiser l’accès à l’énergie solaire.

Côté approvisionnement, aucun problème à l’horizon, NED se vantant d’être, historiquement, l’un des distributeurs ayant le plus de stock disponible dans ses quatre entrepôts répartis sur le territoire. « Quand ils entrent au club NED, nos clients ont la garantie de pouvoir disposer du matériel qu’ils souhaitent. On demande toujours aux fabricants asiatiques avec lesquels on travaille de nous garder des stocks pour l’Europe », précise Jérôme Rouch, qui n’est désormais plus seul aux commandes de la société.

Un « deuxième cerveau » aux commandes

Sébastien Bilbault, directeur général adjoint, l’a rejoint il y a un peu plus de six mois. « J’ai pour mission de contribuer à la structuration et l’industrialisation des process au sein de la société pour pouvoir continuer à accélérer sur un marché en très forte croissance », affirme le « deuxième cerveau » de NED, comme Jérôme Rouch qualifie son nouveau bras droit. Pour accompagner cette expansion – sur le kit résidentiel et sur le 36-250 kW, notamment en autoconsommation –, le binôme s’appuiera sur ce qui fait partie de l’ADN de l’entreprise et constitue son cœur de métier : le service clients, « quasi inégalé » dans la profession selon les deux hommes. Un service à la fois technique et logistique, avec des équipes dédiées, mais aussi digital, grâce à OuiSol, outil numérique censé apporter aux installateurs un projet solaire en toiture prêt à construire.

Sébastien Bilbault, son créateur, explique : « OuiSol est un logiciel interne que nous déployons à tous nos clients. Il repose sur un écosystème complet de services personnalisés : visite technique, fiches produit, aide à la vente… Les installateurs pourront quasiment tout faire dessus : suivre les livraisons, communiquer avec notre SAV, estimer la consommation du bâtiment, modéliser son productible, effectuer une demande préalable de travaux ou de consuel, faire des devis, etc. » In fine, l’objectif reste toujours le même : participer à la démocratisation de l’énergie renouvelable en France. « Plus il sera facile de vendre du solaire, plus les gens auront envie de franchir le pas », ne cesse-t-on de répéter chez NED, l’entreprise espérant bien pouvoir récolter les fruits de son engagement.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...