Microsoft teste les centres informatiques alimentés à l’hydrogène

Share

Le géant américain du logiciel Microsoft a annoncé cette semaine le succès de l’essai d’une pile à hydrogène pour alimenter l’un de ses centre informatique. La société a déclaré que le projet pilote de 250 kW avait fait preuve de sa faisabilité. Et, au-delà de l’alimentation de secours, Microsoft a annoncé qu’elle avait une vision beaucoup plus large pour jouer un rôle de premier plan dans la croissance d’une économie de l’hydrogène.

En collaboration avec le développeur Power Innovations, basé dans l’Utah, Microsoft a commencé à tester le système pilote en septembre et a franchi une étape importante le mois dernier lorsque l’unité de pile à combustible a alimenté un centre informatique pendant 48 heures. Le système de 250 kW est suffisant pour alimenter une rangée complète de 10 racks de serveurs dans un centre informatique Microsoft Azure. « C’est le plus grand système d’alimentation de secours pour l’informatique que nous connaissons, qui fonctionne à l’hydrogène, et il a effectué le test en continu le plus long », a déclaré Mark Monroe, qui travaille dans l’équipe de Microsoft pour le développement des centres informatiques.

L’équipe de Mark Monroe veut maintenant un système de pile à combustible de 3 MW, pour correspondre à la taille des générateurs diesel qui fournissent actuellement l’énergie de secours pour les centres informatiques.

Hydrogène stocké dans des bouteilles au laboratoire de Power Innovations près de Salt Lake City. Il a été utilisé pour alimenter les serveurs d’un centre informatique Microsoft pendant 48 heures d’affilée.

Image : Power Innovation

Microsoft veut éliminer le diesel de ses activités d’ici 2030 et, compte tenu des récentes réductions de coût de la technologie des piles à combustible, la voie de l’hydrogène est de plus en plus viable. Un autre objectif consiste à ce que les centres informatiques de l’entreprise atteignent une disponibilité de service de 99,999 % (les « cinq neufs »).

« Nous n’utilisons pas beaucoup les générateurs diesel », a déclaré M. Monroe. « Nous les mettons en marche chaque mois pour nous assurer qu’ils fonctionnent et nous leur faisons passer un test chaque année pour garantir que nous pouvons leur transférer la charge correctement, mais en moyenne, ils couvrent une panne de courant moins d’une fois par an. »

Même si le centre informatique de Microsoft sur lequel le système à hydrogène a été utilisé déploie également des batteries pour couvrir le temps nécessaire à la mise en route d’un générateur diesel, des solutions de secours à plus long terme sont essentielles. L’entreprise évalue également d’autres solutions, mais le profil de production d’une pile à combustible semble bien correspondre à ses besoins. « Une pile à combustible automobile a le même temps de réaction qu’un générateur diesel », a déclaré M. Monroe. « Elle peut démarrer rapidement. Elle peut être prête pour une mise sous charge complète en quelques secondes. Vous pouvez la plafonner, la laisser fonctionner, ou la faire tourner au ralenti. »

L’économie de l’hydrogène

Plutôt que de rester inactifs la plupart du temps, comme le font les générateurs diesel, Microsoft estime que le rôle de l’infrastructure hydrogène existe au-delà de la fourniture d’une alimentation de secours. « Toute cette infrastructure représente une opportunité pour Microsoft de jouer un rôle dans ce qui sera certainement un type plus dynamique de cadre global d’optimisation énergétique que le monde va déployer au cours des prochaines années », a déclaré Lucas Joppa, le directeur environnemental de la société.

Joppa a déclaré qu’il y a beaucoup de travail à faire pour augmenter la production, le transport et la distribution d’hydrogène pour que cette économie évolue et la société Microsoft a annoncé qu’elle est impliquée dans des échanges sur la façon dont il pourrait stimuler de tels développements.

« Si vous pouviez prendre tous ces atouts du centre informatique et les intégrer dans le réseau de manière à accélérer la décarbonisation du réseau de manière plus générale, plutôt que de se contenter d’une solution ponctuelle pour le centre informatique lui-même », a déclaré Brian Janous, directeur général de l’équipe de Microsoft pour la stratégie énergétique et durable des centres informatiques. « C’est là que je pense que tout cela devient intéressant. »

Traduit par Julien Rouwens