Nouveau programme de Masen et de la Banque islamique de développement en faveur des renouvelables en Afrique

Share

Jeudi 2 mai, l’Agence marocaine pour l’énergie durable Masen et la Banque islamique de développement (BID) ont lancé un nouveau programme de coopération Sud-Sud pour le développement des énergies renouvelables dénommé RECPA (Renewable Energy Cooperation program to Power Africa). Après de premiers projets, notamment avec Djibouti, la Guinée Bissau et le Niger, les deux partenaires veulent accentuer leur démarche en intégrant désormais onze pays, à savoir le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, Djibouti, la Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad.

Selon Masen, le plan RECPA « par l’Afrique et pour l’Afrique » vise à soutenir les projets EnR à travers l’approche de coopération Sud-Sud “Reverse Linkage” de la BID. Reverse Linkage, qui porte non seulement sur l’énergie, mais aussi sur la santé ou l’éducation, est un mécanisme de coopération qui permet aux pays membres d’échanger des connaissances, techniques et juridiques, tandis que la BID joue le rôle de  facilitateur.

« RECPA capitalisera sur l’appui financier de la BID, l’expertise de Masen, la mobilisation du secteur privé et l’implication de plusieurs partenaires africains incluant le Centre régional pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (RCREEE), l’Office national de l’électricité et l’eau potable (ONEE) du Maroc, la Société nationale d’électricité du Sénégal (SENELEC) et la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) », poursuit l’agence. Aucun montant d’investissement public ou privé n’a été communiqué, ni aucun objectif chiffré.

D’après des informations de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena), le continent africain est parvenu à capter seulement 2 % des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables au cours des deux dernières décennies, en dépit de son fort potentiel d’ensoleillement et de vent. Signée en septembre 2023, la déclaration de Nairobi vise à augmenter la capacité de production d’énergies renouvelables de l’Afrique de 56 GW en 2022 à au moins 300 GW d’ici à 2030.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.