EverWatt lance son projet de boucle locale d’énergie solaire de 3 MW à côté de Grenoble

Share

L’autoconsommation collective passe à l’échelle du mégawatt en France. C’est en tout cas le projet de BoucL Energie, une filiale d’Everwatt créée pour développer les communautés locales d’énergie photovoltaïque partagée sur les territoires métropolitains. La société vise en particulier les zones d’activités économiques (ZAE) périurbaines en se tournant vers les acteurs privés et publics de ces territoires pour déployer des systèmes solaires sur les toitures, les parkings et le foncier inutilisé de ces zones, comme les bassins d’infiltrations.

La jeune pousse vient d’annoncer le lancement opérationnel de son premier projet de boucle locale d’énergie dans la ZAE de Saint-Martin-d’Hères, à côté de Grenoble. Conformément à son modèle d’affaire, la société a opté pour un projet de 3 MW de puissance, ce qui correspond à la limite légale fixé par l’arrêté du 21 novembre 2019 pour les opérations d’autoconsommation collective étendue. Les travaux d’installation devraient démarrer à la mi-novembre afin de connecter les premières centrales à partir du premier trimestre 2023. Les huit installations photovoltaïques de l’opération devraient être mises en service à la sortie de l’été 2023, comme l’a confié à pv magazine Jérôme Owczarczak, directeur du développement d’Everwatt. Ensemble, elles devraient couvrir jusqu’à 12 % des besoins énergétiques de la ZAE.

Les centrales solaires seront réparties sur le foncier de sept producteurs. Les deux tiers seront déployées sous forme d’ombrières et une autre partie en toiture. BoucL Energie va aussi installer des panneaux sur le bassin d’infiltration du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) de la zone. « L’idée pour cette première boucle est de montrer les différentes solutions et la pluralité de l’accès au foncier selon les acteurs et la typologie de la zone », ajoute Jérôme Owczarczak.

Le projet a nécessité 4,2 millions d’euros d’investissement, apportés à 20 % en capital et à 80 % en financement bancaire. Selon son modèle d’affaire, BoucL Energie sera en charge de l’exploitation des centrales solaires puisqu’elle en est propriétaire et qu’elle a signé des baux sur les toitures, parkings et bassins pour 20 ans. « Idéalement, les baux et les contrats pourront être renouvelés et adaptés d’ici 20 ans pour reconduire l’exploitation jusqu’à 35 ans », affirme Jérôme Owczarczak.

Modèle d’affaire et objectifs de déploiements

BoucL Energie revend ainsi l’électricité aux participants de l’opération via des contrats d’achat d’électricité (PPA) négociés au cas par cas sur la base de 10 % de réduction de la facture initiale de chaque commerce. « Nous avons cherché un modèle juste et opté pour cette méthode de répartition avec un taux de remise de 10 % pour la première boucle, explique Jérôme Owczarczak. Les tarifs se situent entre 100 et 200 euros du mégawattheure ».

L’énergie produite, estimée à 3,6 GWh par an, sera prioritairement autoconsommée par les vingt consommateurs de l’opération d’AC, à savoir les entreprises et commerces de la ZAE. Parmi les participants, on retrouve plusieurs profils et notamment des exploitants de surfaces commerciales (Lidl), des propriétaires de bâtiments et des PME (le CSTB, Precitechnique, My Fitness Gym, Rent a car, …) et des bailleurs sociaux (Alpes Isère Habitat, Société Dauphinoise pour l’Habitat). L’opération devrait atteindre un taux d’autoconsommation de 98 à 99 %. « Nous vendrons le surplus dans la zone mais il n’y a pas de business model associé à la revente de l’électricité », précise Jérôme Owczarczak.

Le projet est labellisé Capitale verte européenne et a bénéficié du soutien de la métropole de Grenoble, de la ville de Saint-Martin-d’Hères, d’Enedis Alpes et du pôle de compétitivité Tenerrdis, qui ont notamment participé au pilotage de l’étude de préfiguration.

Pour la suite, BoucL Energie ambitionne de dupliquer son modèle sur d’autres ZAE de la métropole de Grenoble et dans le reste de la France. « Nous avons identifié les 35 premières boucles d’énergie dans toutes la France. Une dizaine devraient être mises en service courant 2023 et environ 45 pour 2024, annonce Jérôme Owczarczak. Une petite douzaine est située en Auvergne-Rhônes-Alpes, de par notre implantation. » L’un dans l’autre, il explique que les opérations sont identifiées en fonction des acteurs participants et notamment les grandes surfaces avec lesquelles EverWatt aura développé un lien d’intérêt pour le projet – à l’instar de Lidl, Métro, Kiabi et même la SNCF qui a déjà confié un parking à la société pour tester le modèle. Mais les projets de boucles locales portent aussi une dimension politique selon lui, puisqu’elles seront facilitées par les ambitions et dynamiques des collectivités. Pour rappel la maison mère de BoucL Energie, EverWatt, s’est donné pour objectif de développer 100 boucles d’énergie d’ici à 2025.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...